30 km/h : plus de 100 villes allemandes veulent changer le droit routier

Axe 30 sur la Venloerstrasse (rue fédérale – Bundesstrasse) à Cologne  Photo Rue de l’Avvenir

Aix-la-Chapelle, Münster, Augsbourg, Fribourg-en-Brisgau, Hanovre, Leipzig, Ulm et Bonn exigent plus de latitude du gouvernement fédéral pour pouvoir introduire le 30 km/h. Heidelberg a rejoint ces villes avec la même demande le 27 octobre 2021.
Berlin et Brême avaient déjà fait cette demande séparément. Idem pour l’état fédéré de Basse-Saxe.  À fin mars 2022 c’est plus d’une centaine de villes qui ont rejoint la démarche
À cette fin, le droit routier doit être modifié.

Les villes proposent d’autoriser le principe de la « ville modèle » qui permettrait de voir, par exemple, si les transports publics sont défavorisés par des vitesses maximales inférieures et comment cela pourrait être compensé. Les effets sur le cyclisme seraient également étudiés.

La vitesse maximale autorisée doit pouvoir être décidée  partout par l’intermédiaire des autorités routières compétentes. Cela ouvre un développement pour les villes « vers plus de souplesse, de qualité de vie et de durabilité ».

* Plusieurs autres grandes villes allemandes veulent tester le 30 km/h à grande échelle

(mise à jour 17 novembre 2021). A Stuttgart la majorité du conseil municipal a voté en faveur du 30 km/h quasi généralisé. L’exécutif a la même majorité rose rouge – verte et devrait pouvoir imposer au Maire (CDU) la volonté de la majorité nous dit le Stuttgarter Zeitung du 16 novembre.

Matthias Lieb, chef du VCD au niveau national, a déclaré que la limitation de la vitesse à 30 km/h sur l’ensemble du territoire était une mesure nécessaire pour faire avancer le tournant en matière de transports et pouvoir atteindre les objectifs climatiques.

Seules les quelques routes principales seraient alors autorisées à rouler à la vitesse habituelle de 50 kilomètres par heure. L’initiative est soutenue par l’association des villes allemandes à Berlin. Mannheim et Tübingen participent également à l’initiative.

30 km/h sur le Neuhenheimerstrasse (axe structurant de l’état fédéré du Bade Wurtemberg) le long du Neckar à Heidelberg Photo Rue de l’Avenir

Plus d’une centaine de villes et communes allemandes demandent de pouvoir  généraliser le 30 km/h³

(mise à jour 2 avril 2022)

Que ce soit pour des raisons environnementales, de sécurité routière ou simplement parce que les gens le veulent: de plus en plus de villes et de municipalités veulent ralentir la circulation routière à 30 km/h. L’initiative pour les villes à vivre a été lancée en juillet 2021 par les sept villes d’Aix-la-Chapelle, Augsbourg, Fribourg, Hanovre, Leipzig, Münster et Ulm. Elle compte désormais – au 30 mars 2022 –  110 membres. Outre les petites et moyennes municipalités, plusieurs grandes villes telles que Düsseldorf, Francfort, Cologne, Sarrebruck ou Leipzig ont rejoint l’initiative depuis sa fondation.

Les 110 municipalités sont réparties sur l’ensemble du territoire fédéral et sont organisées au-delà des frontières des partis. Les maires sont de tout bord politique.

Tous les partis politiques sont représentés

Le gouvernement fédéral est invité à créer des conditions-cadres juridiques pour rendre une telle mesure possible. Selon le Règlement sur la circulation routière (article 45), les municipalités ne peuvent actuellement fixer la vitesse 30 que sur leurs propres routes, mais pas sur les routes de district, d’État ou fédérales de niveau supérieur

*Le modèle parisien : 30 km/h sur la plupart des routes fait école

La capitale française Paris fait figure de modèle pour cette mesure de circulation. La vitesse de 30 km/h y a déjà été introduite fin août sur la plupart des routes.
Seuls les axes de circulation importants et le périphérique font exception à la règle.

25 pour cent d’accidents en moins, 50 pour cent de bruit en moins et plus d’espace, notamment pour les cyclistes, tels sont les arguments avancés pour justifier cette mesure. 59 pour cent des Parisiens ont approuvé une limitation de vitesse lors d’un sondage, avait justifié la municipalité. En outre, 60 pour cent des rues étaient déjà limitées à 30 km/h, a-t-on ajouté.

Les villes doivent être en mesure de prendre plus de décisions en matière de mobilité

Zone 30 à Berlin Photo Rue de l’Avenir

À l’avenir, par exemple, il devrait être plus facile de modérer  la circulation, de gérer le stationnement ou de mettre en place des pistes cyclables

Parallèlement les groupes de réflexion Agora Verkehrswende et Stiftung Klimaneutralität proposent une réforme à court terme du droit de la circulation routière. Les villes et les municipalités devraient être en mesure de faciliter la mobilité locale en fonction d’objectifs tels que la protection du climat, de l’environnement et de la santé. La loi actuelle sur la circulation routière est trop axée sur la voitures particulières et ne permet pas aux municipalités de fixer d’autres priorités. À l’avenir, par exemple, il devrait être plus facile de modérer  la circulation, de gérer le stationnement ou de mettre en place des pistes cyclables. La proposition est basée sur un avis juridique préparé par le cabinet d’avocats Becker Büttner Held au nom des deux organisations.

Clé d’une ville attrayante

Une nouvelle loi sur la circulation routière peut être la clé d’une ville plus attrayante, déclare Christian Hochfeld, directeur d’Agora Verkehrswende. De nombreuses municipalités ont depuis longtemps dit au revoir à l’énoncé de mission de la ville amie des voitures. Ils veulent des zones de vitesse 30 et zéro émission, plus de qualité de séjour pour les personnes et des offres de mobilité plus flexibles. Mais la situation juridique leur fixe des limites étroites. Notre avis d’expert montre que cela peut être facilement changé. Un gouvernement fédéral déterminé pourrait lancer la réforme rapidement.

Rainer Baake, directeur de la Climate Neutrality Foundation : « La neutralité climatique ne va que des voitures individuelles au vélo, à pied et aux transports en commun avec un délai de mobilité. La fluidité de la circulation automobile ne peut pas être la mesure de tout. Le droit de la circulation routière doit être aligné sur les objectifs primordiaux de protection du climat et de l’environnement. Les municipalités sont des acteurs centraux sur le terrain. Pour cela, ils ont absolument besoin de plus de marge de manœuvre.

Le régime actuel empêche les mesures pour plus de sécurité et de protection du climat

Agora Verkehrswende et Stiftung Klimaneutralität plaident en détail pour l’extension de l’objectif du droit de la circulation routière. L’objectif exprès de la loi à l’avenir devrait être de préserver la sécurité et la santé des personnes, de protéger le climat et l’environnement et de permettre une planification urbaine et des transports durable. Pour cela, il faudrait adapter le code de la route, le (StVO) et le règlement administratif subordonné.

Selon l’analyse des deux organisations, le paragraphe 45 de la StVO en particulier devrait être modifié, car cela limite inutilement la marge de manœuvre des autorités locales de transport. Une transformation de l’espace routier n’est donc autorisée que si un danger peut être prouvé. Cela rend même les plus petites réorganisations très complexes et juridiquement vulnérables pour les municipalités. Des décisions fondamentales et efficaces à grande échelle fondées sur le bien-être des personnes et l’environnement sont pratiquement impossibles.

Le 30 km/h doit être la règle dans les zones urbaines

Axe 30 km/h à Weimar en Thuringe Photo Rue de l’Avenir

La proposition de réforme prévoit également que le 30 km/h soit la règle dans les zones urbaines. Des vitesses plus basses, selon l’exposé des motifs, permettraient non seulement de réduire les émissions, mais surtout d’assurer une plus grande sécurité et tranquillité dans les espaces publics. Enfin, les municipalités devraient pouvoir accorder des permis d’utilisation spéciale pour le stationnement des véhicules autopartage dans les espaces publics, car les moyens de transport partagés sont un instrument important pour réduire la part des voitures particulières dans la circulation. En même temps, il doit être clairement réglementé là où les trottinettes électriques, par exemple, peuvent être garés et où ce n’est pas le cas.

Au-delà d’une réforme rapide, les deux organisations estiment nécessaire de réformer fondamentalement le droit de la circulation routière. Cependant, comme cela prendrait plus de temps, il serait d’abord logique de mettre en œuvre les changements possibles à court terme.

Initiative municipale pour des vitesses appropriées

L’initiative des membres responsables de la mobilité et des transports des villes d’Aix-la-Chapelle, Augsbourg, Fribourg, Hanovre, Leipzig, Münster et Ulm montre que les municipalités ont un grand intérêt à fixer elles-mêmes des vitesses appropriées. L’initiative s’est engagée pour la rénovation de la mobilité et demande au gouvernement fédéral de créer les conditions juridiques permettant aux municipalités de fixer le 30 km/h comme vitesse maximale dans les zones urbaines où elles le jugent nécessaire.

L’initiative a été lancée le 6 juillet 2021 lors d’un événement en ligne de l’Agora Verkehrswende (le tournant de la mobilité) et de la Journée allemande de la ville. Au 30 mars 110 municipalités font partie de l’initiative.

Entrée d’un village en Rhénanie-Westphalie Photo Rue de l’Avenir

Nota bene de Rue de l’Avenir

Aujourd’hui, on trouve  quatre types de rues / routes dans les villes allemandes:

  1. les rues communales
  2. les rues / routes du district
  3. les rues des états fédérés: Landestrassen qui correspondent aux rues/routes cantonales
  4. les rues/routes fédérales: Bundesstrassen, qui correspondent aux routes nationales suisses.Elles traversent les villes !

avec pour chacune un organe de décision différent. Les villes ne peuvent décider que pour les rues communales.

En Suisse également les villes demandent un assouplissement. De même que le BPA, Rue de l’AvenirRue de l’Avenir et Médecins en faveur de l’environnement 

Lire la Confédératation va assouplit la procédure d’instauration de zones 30.

Sources :

Pour aller plus loin