La « Déclaration de Stockholm » veut une limitation générale de la vitesse à 30 km/h au niveau mondial

La 3e Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière a réuni 1 700 délégués de quelque 140 pays, dont plus de 70 ministres et vice-ministres et responsables d’organismes internationaux, d’organisations de la société civile, de fondations et d’entreprises privées.

Accueillie à la demande de l’Assemblée générale des Nations Unies par le gouvernement suédois, en collaboration avec l’OMS, elle avait pour thème « Atteindre les objectifs mondiaux à l’horizon 2030 » et mettait en évidence les liens entre la sécurité routière et la réalisation d’autres objectifs de développement durable.

Les ministres du monde entier ont adopté par la « Déclaration de Stockholm » le nouveau programme mondial de sécurité routière à l’horizon 2030. Elle comprend un engagement à limiter la vitesse à 30 km/h dans toutes les zones où piétons et cyclistes partagent la chaussée avec la circulation motorisée.

La Déclaration de Stockholm est le document final de la troisième conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière, qui s’est tenue les 19 et 20 février 2020 à Stockholm sous le patronage de l’OMS. Des ministres et des experts de plus de 140 pays se sont réunis dans la capitale suédoise pour discuter de la manière d’accroître l’ambition et d’améliorer la sécurité routière mondiale au cours de la prochaine décennie.

Les conclusions figurent toutes dans la « Déclaration de Stockholm« , qui est une liste de 18 résolutions visant à réduire de moitié le nombre de décès sur les routes d’ici 2030 et à lier la sécurité routière au développement durable.  Elles ont été acceptées par tous les 140 pays, seuls les États-Unis ont émis des réserves. La Déclaration de Stockholm a soumise avec succès pour approbation à l’assemblée générale des Nations Unies du 30 août 2020.

30 km/heure en zone urbaine

« Sauver des vies » OMS 2017

La limitation de vitesse à 30 km/h devrait devenir « la nouvelle norme » dans tous les endroits où les voitures, les cyclistes et les piétons interagissent fréquemment. C’est ce que demande la résolution 11 : « Mettre l’accent sur la gestion de la vitesse, y compris le renforcement de l’application de la loi pour prévenir les excès de vitesse et imposer une limitation de vitesse maximale de 30 km/h dans les zones urbaines, sauf s’il existe des preuves solides que des vitesses plus élevées sont sans danger, en notant que les efforts de réduction de la vitesse auront un impact bénéfique sur la qualité de l’air et le changement climatique et qu’ils sont essentiels pour réduire le nombre de morts et de blessés sur les rues et routes ».

La déclaration établit un message clair et sans ambiguïté selon lequel l’adoption d’une limite de 30 km/h par défaut est nécessaire dans les rues des villes et des villages où les gens vivent, travaillent, jouent et font leurs courses. Les recherches montrent que l’introduction de limites de vitesse de 30 km/h pourrait améliorer à la fois la sécurité routière et la qualité de l’air. Elles montrent également que pour être efficaces, les zones à 30 km/h doivent être physiquement respectées, par exemple en construisant des ralentisseurs, des plateaux surélevés et des rétrécissements de chaussée.

Lors de la conférence ministérielle de Stockholm, le directeur général de la circulation, Pere Navarro, a même annoncé, au nom du ministère espagnol de l’intérieur, qu’il introduirait une réglementation fixant la limite de vitesse à 30 km/h dans les rues à sens unique et à une voie de toutes les villes espagnoles. Voir la page « l’Espagne, pays à 30 »

Article 11 de la déclaration de Stockholm

Nous mettons l’accent sur la maîtrise de la vitesse, notamment le renforcement de l’application des lois pour éviter tout excès de vitesse. Nous prescrivons également une limitation de la vitesse à 30 km/h maximum dans les zones empruntées régulièrement et de manière planifiée par les usagers de la route vulnérables et les véhicules conjointement, sauf si de solides données factuelles démontrent que des vitesses supérieures sont sûres. Nous remarquons que les mesures prises pour réduire la vitesse en générale auront un impact positif sur la qualité de l’air et le changement climatique tout en étant essentielles à la diminution du nombre de morts et de blessés sur les routes. 

Piétons et cyclistes

De plus la Déclaration de Stockholm dit explicitement que le passage à la marche et au vélo est nécessaire pour atteindre l’objectif de réduire de moitié le nombre de décès d’ici 2030.

Assemblée mondiale des jeunes

Parmi les nombreux événements préalables, la 2e Assemblée mondiale des jeunes pour la sécurité routière, organisée par YOURS : Youth for Road Safety et co-organisée par l’OMS, a réuni 200 jeunes leaders qui ont proclamé « Trop, c’est trop » et ont revendiqué leur place à la table des décisions pour la mobilité durable.

La déclaration de Stockholm validée

Suite à la 3e conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière en février 2020, l’Assemblée générale des Nations unies a approuvé la déclaration de Stockholm comme étant la clé pour atteindre ses objectifs de développement durable pour 2030 dans le cadre de sa 2e décennie d’action pour la sécurité routière. Cette déclaration comporte un nouvel enjeu, la réduction de 50 % du nombre de morts et de blessés sur les routes d’ici 2030.

Pour plus de détails lire la page consacrée à cette nouvelle.

Nota bene de Rue de l’Avenir

Concrêtement cela signifie que le régime 30 km/h s’applique à toutes les voiries urbaines où les piétons et cyclistes peuvent accéder.
A contrario le 30 km/h ne s’applique pas sur les voies express et les autoroutes urbaines et les rues / routes où la présence de piétons et de cyclistes est expressément exclue.

La validation par l’Assemblée générale des Nations Unies signifie que la recommandation est maintenant mondiale.

Visuel de la 6e semaine mondiale de la sécurité routière des Nations Unies

Accidentologie mondiale

  • 1,35 million de morts par année.
  • Première cause de décès pour les enfants et jeunes adultes de 5 à 29 ans
  • 8e cause de décès pour tous les âges

Rod King MBE, directeur de 20’s Plenty for Us, a déclaré:

«Les limites à 30 km/h deviennent la norme en matière de meilleures pratiques dans les communautés du monde entier. Cette déclaration des ministres des transports du monde entier qui approuvent la limite à 30 km/h comme étant appropriée partout où les usagers vulnérables se mélangent aux véhicules à moteur.

Cela établit un message clair et sans ambiguïté selon lequel l’adoption de limites à 30 km/h par défaut est nécessaire dans les rues des villes et des villages où les gens vivent, travaillent et se rendent. Cela confirme également les avantages de ces vitesses réduites, qui vont au-delà de la sécurité routière et concernent la qualité de l’air, la santé publique et le changement climatique ».

Documentation

Sources: