La rue, un espace public, un espace de vie
Accueil/Thèmes/Rues apaisées/30 km/h/30 km/h généralisé/L’ONU favorable au 30 généralisé
L’ONU favorable au 30 généralisé2020-12-11T17:41:46+01:00

L’assemblée des Nations adopte le 30 km/h généralisé

Nous revenons sur une information passée inaperçue, l’adoption de l’Assemblée général des Nations Unies début septembre du principe du 30 km/h généralisé.

l’association britannique 20 is plenty s’en fait l’écho

Pour la deuxième Décennie d’action pour la sécurité routière, les Nations Unies ont approuvé la fixation de limites de vitesse maximales de 30 km/h (20 mph) partout où des piétons, des cyclistes ou d’autres usagers vulnérables de la route se mêlent à des véhicules à moteur.

Suite à la 3e conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière en février 2020, le 30 août 2020 l’Assemblée générale des Nations Unies lors de sa 74e session a approuvé la résolution 74/299 sur l’amélioration de la sécurité routière mondiale, elle stipule à l’article 2

(l’Assemblée générale) fait sienne la Déclaration de Stockholm, approuvée lors de la troisième Conférence ministérielle mondiale sur la sécurité routière, qui s’est tenue à Stockholm les 19 et 20 février 2020

L’Assemblée générale des Nations unies approuve ainsi la déclaration de Stockholm comme étant la clé pour atteindre ses objectifs de développement durable pour 2030 dans le cadre de sa 2e décennie d’action pour la sécurité routière. Cette déclaration comporte un nouvel enjeu, à savoir la réduction de 50 % du nombre de morts et de blessés sur les routes d’ici 2030. Dans le cadre de la déclaration de Stockholm, on peut lire

« le renforcement de l’application des lois pour prévenir les excès de vitesse et imposer une vitesse maximale de 30 km/h dans les zones où les usagers vulnérables et les véhicules se mélangent de manière fréquente et planifiée, sauf s’il existe des preuves solides que des vitesses plus élevées sont sûres ».

« les efforts visant à réduire la vitesse en général auront un impact bénéfique sur la qualité de l’air et le changement climatique et seront essentiels pour réduire le nombre de morts et de blessés sur les routes« .

En introduisant une limite de vitesse par défaut de 30 km/h (20 mph) dans les initiatives pratiques pour la sécurité routière et la qualité de l’air/le changement climatique, les Nations unies encouragent la mobilité durable.

L’approbation par les Nations unies est prévue pour bénéficier de l’adoption de limiteurs de vitesse obligatoires[3] sur les voitures, ce qui aura un effet positif spectaculaire sur le respect des règles par les conducteurs.

Rod King MBE, fondateur et directeur de la campagne  20′s Plenty for us a commenté :

« Cette annonce confère aux gouvernements nationaux la responsabilité de fixer des limitations de vitesse par défaut sûres et équitables dans les villes et les villages. Il n’est plus acceptable d’avoir une limite nationale de 30 mph et d’attendre des autorités locales qu’elles fassent tout le travail nécessaire pour modifier les limites locales afin qu’elles correspondent à la norme mondiale acceptée, à savoir 20 mph, là où les gens marchent et font du vélo et où les véhicules à moteur se mélangent. Tout comme la qualité de l’air, le tabagisme dans les lieux publics, la protection des enfants, le port de la ceinture de sécurité et tant d’autres questions, pour lesquelles nous disposons d’un consensus national et d’une valeur sur ce qui est juste et approprié, nous devrions fixer cette norme au niveau national ».

Les ODD Objectifs de développement durable de l’ONU

Voici cinq ans, fin septembre 2015, l’Assemblée générale des Nations unies adoptait l’Agenda 2030. Sur ses 38 pages, la moitié est consacrée à lister 17 Objectifs de développement durable (ODD) dotés de 169 cibles concrètes

La sécurité routière est prise en considération dans les ODD convenus en 2015, avec deux cibles spécifiques consistant :

  • à diminuer de moitié le nombre de décès et de blessures dus à des accidents de la route (cible 3.6) ;
  • à assurer l’accès de tous à des systèmes de transport sûrs, accessibles et viables, à un coût abordable (cible 11.2).

La réalisation de ces cibles entraînerait une augmentation de la marche, du vélo et de l’utilisation des transports publics, c’est-à-dire des modes de transport qui ont un impact plus bénéfique en matière de lutte contre les maladies non transmissibles telles que les cardiopathies et les affections respiratoires, le cancer et le diabète. Elle contribuerait en outre à réduire les risques environnementaux, tels que la pollution de l’air et les nuisances sonores, et à orienter l’urbanisation durable, avec une diminution des embouteillages et un accès universel à des espaces publics verts, sûrs et inclusifs.

Nota bene de Rue de l’Avenir

La plus grande partie des pays dans le monde ont soutenu à la fois la déclaration de Stockholm et la résolution de l’ONU. Il est temps maintenant de transformer ce soutien en actions concrètes. Il est temps que la Suisse rejoigne, les Pays-Bas, l’Espagne et le Pays de Galles et fixent une limite nationale de30 km/h en ville qui s’aligne sur ce qui est maintenant la norme mondiale acceptée pour les vitesses autorisées des véhicules où là ou l’on trouve des piétons et des cyclistes.

Sources :

Go to Top