Clermont-Ferrand à 30, c’est plus sûr

«Ville partagée, ville apaisée»

Lever de soleil sur Clermont-Ferrand Photo Evilspoon7 Flickr

Le 1er décembre 2021, Clermont-Ferrand (147 000 habitants) rejoint les 250 villes françaises et européennes qui ont franchi le pas du passage aux 30 km/h. Les boulevards périphériques passeront, quant à eux, de 70 à 50 km/h.

Alors que Clermont est déjà à 30 km/h sur 26 % de ses rues, ce 1er décembre, ce sera 83 % de la ville qui sera désormais concernée. Ce passage à 30 apportera plus de sécurité pour les cyclistes, les usagers les plus vulnérables comme les piétons et surtout les enfants, ou encore les personnes en situation de handicap ; réduira les pollutions et bruits liés au trafic urbain ; plus généralement, rééquilibrera le partage des rues, apaisera la ville afin de la rendre plus conviviale.

  • Baisse des accidents

À 30 km/h, il faut 13 mètres pour s’arrêter alors qu’à 50 km/h, l’automobiliste aura parcouru 14 mètres avant même d’avoir commencé à freiner et s’arrêtera à 29 mètres ! Ce qui se traduit en statistiques : dans un choc à 50 km/h, un piéton a environ 50 % de probabilité d’être tué ; à 30 km/h, il a 95 % de chance de survie* (Source : association Prévention routière).

  • Donner de la place aux enfants

Les enfants n’ont pas la même la façon d’appréhender la rue qu’un adulte. Son champ de vision est de 70° contre 180° pour un adulte : de ce fait, il voit essentiellement devant lui. Du fait de sa petite taille, de nombreux obstacles obstruent également sa vue. Il en est de même pour l’évaluation des distances par le son. Un enfant ne peut réagir qu’à un seul bruit à la fois et choisit celui qui est le plus important pour lui (par exemple un copain qui l’appelle). Il est donc essentiel de sensibiliser les usagers de la route ainsi que les enfants aux risques. L’adoption du 30 km/h en ville est donc une mesure prioritaire pour la sécurité des enfants.

Clermont à 30, c’est une circulation plus fluide, apaisée et civilisée

  • Circulation mieux répartie

Sur le long terme les conducteurs de véhicules motorisés en transit sont dissuadés d’utiliser les zones à 30 km/h ce qui permet à ceux qui ont une vraie raison d’y circuler (résidents, livreurs, artisans, etc.) de le faire dans des conditions améliorées.

  • Favorise le principe de prudence

Le principe de prudence (le respect du plus faible par le plus fort) est favorisé dans une ville à 30 km/h. En effet, les automobilistes sont généralement dissuadés d’adopter un comportement dangereux pour autrui et de ce fait, le risque d’accident est réduit de manière conséquente.

  • Fluidifie la circulation

La qualité de vie urbaine s’améliore avec la ville à 30. Les automobilistes laissent leurs voitures au profit de vélos, transports en commun ou d’autres déplacement actifs. Cela a pour incidence de fluidifier le trafic en ville et en périphérie sur le long terme. En effet, le partage de l’espace public limite les phénomènes de congestion.

Clermont à 30, c’est adopter des mobilités durables comme solution

Photo La Montage

  • Le vélo

La pratique du vélo augmente dans les villes à 30 km/h, car la peur de l’accident diminue. Le double sens cyclable peut également être mis en place ce qui facilite les trajets et les déplacements. On note également que la pratique du vélo agit sur la diminution des pollutions atmosphérique et sonore ce qui renforce la qualité de vie urbaine. Pour finir, faire du vélo, c’est pratiquer une activité physique et c’est bon pour la santé.

  • Les transports

L’un des objectifs de la ville à 30 est le désengorgement des rues de la ville par les voitures, ce qui laissera plus de place pour les transports en commun et assurera une meilleure qualité de service. On note que la vitesse de circulation d’un bus est, en moyenne, de 16 km/h. En repartageant ainsi l’espace urbain, nous laissons la possibilité d’aménager les rues pour faciliter l’attente des usagers des TC, augmenter le nombre de bus et améliorer le confort en maintenant par exemple certains axes à 50 km/h.

  • La marche

Au 20e siècle, la marche et le vélo ont fortement diminué entraînant de fait des problèmes de santé. La ville à 30 km/h comme vitesse de référence est un levier puissant pour inverser le mouvement et rendre sa place aux transports actifs avec en bonus, plus de sécurité et de confort.

Clermont à 30, c’est redonner vie aux quartiers

  • Moins de bruit, plus de place

Rouler à 50 km/h demande de l’attention et engendre du stress pour le conducteur comme les usagers plus vulnérables. À 30 km/h, la tension et le stress diminuent ce qui améliore la qualité de vie dans les rues. De plus à 30 km/h, les voitures ont besoin de moins d’espace pour rouler ce qui permet de faire des pistes cyclables, d’agrandir les trottoirs et de rajouter du mobilier urbain, des bancs ou encore de planter des végétaux.

  • Favorise le commerce de proximité

Aujourd’hui, les piétons sont les meilleurs clients pour le commerce de proximité. On sait qu’un piéton achète, en moyenne, 3 fois par semaine, contre deux pour un cycliste et une seule fois pour un automobiliste. La ville à 30 km/h ne peut que renforcer ce processus qui s’inscrit dans une démarche globale de changement de la ville de Clermont-Ferrand.

Le mot du Maire*

« Il faut apaiser Clermont-Ferrand », assure son maire socialiste Olivier Bianchi. « Moins de bruit, moins de pollution, moins d’accidents », « marcher en toute sécurité, se déplacer à vélo sereinement »

« Il est à noter que la réduction de la vitesse maximale n’aura pas d’incidence significative sur les temps de déplacement, car elle impacte peu la vitesse moyenne de circulation« , assure la mairie clermontoise.

La Ville ajoute : « les conséquences sur la circulation des transports en commun seront limitées. En effet, une concertation a eu lieu avec le SMTC pour maintenir la vitesse à 50 km/h sur la majorité des lignes les plus fréquentées. Afin d’informer les usagers de ce changement, 110 panneaux « zone 30 » seront déployés de manière progressive en entrées de ville. Du marquage au sol sera également ajouté sur les axes maintenus ou abaissés à 50 km/h. Sur les zones passées à 30 km/h, les « ondes vertes » aux feux tricolores seront maintenues et ajustées à la nouvelle limitation. »

Sources