L’Ile Maurice passe au 30 km/h

La limitation de vitesse dans les villes va passer de 60 km/h à 30 km/h et à 40 km dans les  artères principales de Port Louis, la capitale.
La même décision s’appliquera pour les autres agglomérations et dans les villages. Avec 80 km/h sur l’autoroute, auparavant 110 km/h.

Port Louis, Ile Maurice Photo UNDP

Alan Ganoo, ministre des infrastructures et du transport routier, a affirmé que cette décision s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de promouvoir la sécurité routière. Il a ajouté que la réduction de la vitesse ne s’appliquera pas pour le moment sur les autoroutes.
À Port-louis, l’une des premières routes ciblée pour la limitation de vitesse est la rue Volcy Pougnet,

Pour ce faire, des amendements seront apportés à la Road Traffic (Speed) Regulations 2011. Ces mesures sont en conformité avec les recommandations de l’ONU pour réduire les accidents de la route.

Conforme aux recommandations des Nations Unies

Le ministère des Transports terrestres et du Métro léger avait, au préalable, mené une étude et une analyse détaillée en vue d’introduire cette mesure à Maurice. Cette campagne a déjà été introduite à Port-Louis, en juillet 2021, sur un base pilote où des limitations de vitesse de 40 km/h sont opérationnelles, tandis que sur les routes latérales, la limitation est de 30 km/h.

Le concept a été initié par l’ONU, des routes étant sélectionnées et des panneaux placés pour indiquer aux chauffeurs la limite de vitesse « La vitesse est la cause principale d’accidents, et si aujourd’hui on décide de réduire de 5 km/h cette limite, le nombre de collisions fatales dans le pays connaîtra une baisse », avait fait ressortir le ministre de tutelle, Alan Ganoo, lors du lancement de cette campagne.

Décision de la réunion cabinet ministériel du 14 janvier 2022 (traduction de l’anglais)

Le Cabinet a donné son accord pour que des modifications soient apportées au Road Traffic (Speed) Regulations 2011 afin de fixer les limites de vitesse maximales à 30 km par heure et à 40 km par heure pour les collectrices/distributrices (routes C), conformément aux recommandations des Nations Unies et de l’Organisation mondiale de la santé.

La classification des routes « urbaines » et « rurales » devrait être subdivisée en deux catégories pour établir une hiérarchie des routes.deux catégories afin d’établir une hiérarchie des routes en fonction de leurs fonctions principales.

Atelier 2017 : les chiffres sont décourageants

«La vitesse en ville à Maurice est de 60 km/h. C’est beaucoup trop élevé.» Constat de Daniel Raymond, conseiller en sécurité routière, lors d’un atelier de travail sur la charte sur la prévention routière, à St-Pierre, ce jeudi 9 novembre. 26 entreprises des secteurs privé et public ont signé cette charte. L’objectif est de réduire les accidents de la route et les coûts y relatifs. Un plan d’action est prévu pour 2018, explique Daniel Raymond.

Le conseiller confie qu’il travaille de concert avec la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU) et le ministère des Infrastructures publiques afin de mettre en place des zones où les voitures rouleront à 30 km/h. «Nous avons prévu une zone pilote à Grand-Baie qu’on appelle le trafic calme. Les piétons et les cyclistes devrons cohabiter.»

Le ministre Nando Bodha s’est également exprimé sur le nombre élevé de morts sur nos routes. «Nous avons fait des efforts considérables. Les chiffres sont décourageants. Il faut continuer l’effort.»

Sources ;