Objectif canopée

La Ville de Lausanne dépasse les attentes mais reste vigilante

Photo Mathilde Imesch pour la ville de Lausanne

Désormais dans sa troisième saison successive de plantations à grande échelle, l’Objectif Canopée déploie ses effets sur les rues et les espaces verts. L’arrivée de ces jeunes arbres aux essences sélectionnées participe à atteindre à moyen terme la couverture de 30% du territoire urbain par du feuillage. Parallèlement à ces plantations, la Ville entretient et sécurise son patrimoine arboré. Malgré les conditions climatiques défavorables de l’été 2023, le nombre réduit d’abattages dénote d’une gestion raisonnée et soigneuse du patrimoine arboré.

La canopée, ou l’importance du feuillage

A l’image de l’été 2022, la saison qui s’achève a vu son enchainement de chaleurs records et un déficit hydrique prononcé. La nécessité d’une croissance rapide de la couverture végétale de la ville pour s’adapter aux changements climatiques est chaque année plus indispensable. La Ville de Lausanne ambitionne ainsi une couverture de 30% de son territoire par la canopée des arbres en 2040, contre environ 20% à ce jour.

« Logements, trajets, loisirs : la population ressent chaque été toujours plus fort le besoin vital en fraîcheur. L’Objectif Canopée y répond et garde le cap pour offrir aussi vite que possible des conditions de vie en ville acceptables malgré la crise climatique. »
Natacha Litzistorf, directrice du Logement, de l’environnement et de l’architecture

Après 1’454 plantations en 2021, 2’051 plantations en 2022, et déjà 1’081 plantations depuis le 1 er janvier, la saison qui s’ouvre (d’octobre 2023 à mars 2024) verra 1’540 arbres les rejoindre dans les espaces publics, les parcs, mais aussi dans des préaux scolaires (Devin, St-Roch, Rouvraie, Entre-bois), des espaces sportifs et des pieds d’immeubles.

Cette saison sera également marquée par plusieurs arborisations d’avenues et de rues, comme l’avenue du Grey, l’avenue d’Echallens, et la route d’Oron. En amenant de l’ombre sur le bitume des rues et des trottoirs, les arbres empêchent ainsi l’accumulation de chaleur pendant la journée. Dans le cas de la route d’Oron, la plantation des arbres dans des fosses à impluvium, un système permettant l’infiltration et l’évapotranspiration de l’eau de ruissellement, garantira la réduction des risques d’inondations en stockant les eaux de pluie dans les espaces racinaires. Cet arrosage d’orage est devenu crucial en période estivale pour la survie à long terme des arbres.

Objectif canopée.  photo ville de Lausanne extraite du dépliant “ojejetif canopée”

Entretien et gestion du patrimoine forestier

En parallèle de ce déploiement massif, la sécurisation du patrimoine arboré (environ 90’000 arbres publics) passe également par des tailles et des coupes. Que ce soit par le vieillissement, l’état sanitaire, les aléas météorologiques et climatiques ou suite à des maladies et parasites, certains arbres affaiblis ou morts doivent être coupés pour réduire les risques à la population et aux infrastructures. 365 arbres sont concernés pour la saison qui s’ouvre, un chiffre stable en moyenne interannuelle et ce malgré les coups de butoir répétés du climat.

Il est toutefois attendu que ce nombre augmente dans les années à venir, en raison d’une surmortalité de certaines essences comme le charme et le bouleau, dont les populations montrent des signes de détresse cette année. Si les conditions météorologiques hors normes se pérennisent, ces arbres seront alors en première ligne et devront être remplacés par des essences adaptées.

Objectif canopée.  photo ville de Lausanne extraite du dépliant “ojejetif canopée”

Sources :

À lire sur notre site

Prix Rue de l’Avenir 2017 remis à la ville de Lausanne pour son programme arboré