Le Prix Rue de l’Avenir 2021 a été décerné au collectif Vinet-Beaulieu

Anne-Françoise Decollogny, ancienne président, reçoit le prix Rue de l’Avenir Suisse au nom du collectif Vinet-Beaulieu

Ténacité, persévérance, dialogue et communication.

Ces quatre termes s’appliquent parfaitement à l’action du Collectif Vinet-Beaulieu, puisque 14 ans de bataille, d’énergie et d’obstination ont été nécessaire pour voir leurs efforts être couronnés de succès.
C’est en effet en 2007 qu’un groupement informel d’habitants de l’Avenue de Beaulieu et de l’Avenue Vinet déposait une pétition communale demandant des améliorations de leurs conditions de vie et une limitation du trafic à 30 km/h dans leurs rues.
Il a fallu attendre quatre ans pour obtenir une réponse négative de la Municipalité : le 30 km/h « n’est pas possible sur un axe principal ».
Grâce à l’entrée d’Anne-Françoise Decollogny au conseil communal, une motion a été déposée en 2012 « Qualité de vie – pour un 30 km/h au centre-ville », laquelle a été balayée à son tour pour le même motif.

Smiley utilisé par Lausanne Cités pour rendre compte de la démarche

Le collectif, qui dans l’intervalle s’était constitué en association et avait mandaté un ingénieur pour élaborer des propositions, finit, afin de peser politiquement, par déposer une opposition au grand projet des Axes forts de transports publics de l’agglomération. En effet ce projet pouvait induire des reports decirculation vers les avenues Vinet et de Beaulieu.
Quatre ans plus tard l’opposition était déboutée par l’Office fédéral des transports. L’association a menacé alors de faire recours, incitant la Ville de Lausanne et le Canton de Vaud à prendre enfin au sérieux ses revendications et à procéder à un important test, sur deux ans, d’une limitation à 30 km/h de 22h à 6h sur les deux avenues concernées.

Lausanne à 30 km/h la nuit. L’avenue Alexandre Vinet

Tout est bien qui finit bien

La suite est connue : les tests se sont révélés extrêmement concluants et la Ville a décidé d’étendre la mesure à un grand nombre d’axes lausannois.
Le Canton, de son côté, encourage désormais les communes vaudoises à mettre en place le 30 km/nocturne, sous certaines conditions. 122 rues vont passer à 30 km/h la nuit d’ici la fin 2021.
Quant à l’association, elle continue son combat pour obtenir l’extension de la mesure à la journée, puisque le bruit ne s’arrête pas à la nuit !
Lire notre page Première en Suisse: le 30 km/h nocturne devient une réalité à Lausanne et dans le canton

Par ce Prix, Rue de l’Avenir souligne la pertinence et le courage du combat mené depuis 2007 par le Collectif Vinet-Beaulieu, ainsi que l’exemple qu’il donne du pouvoir qu’ont les habitants de faire bouger ce qui semble impossible

 

***************

Reception du Prix rue de l’Avenir 2021 par Anne-Françoise Decollogny

Anne-Françoise Decollogny avec Yves Delacrétaz, président de RdA

Je suis particulièrement honorée de recevoir le Prix 2021 de Rue de l’Avenir à Fribourg, c’est une ville qui a su préserver son patrimoine historique et architectural, et cela en fait une ville particulièrement remarquable.

Il faut relever le parfait « timing » de ce prix : il arrive au moment où les panneaux 30 km/h de nuit sont posés en ville de Lausanne. Et sur l’Avenue Vinet, où tout a commencé, ils ont été posés hier.

C’est une longue histoire et je vous épargne la litanie des étapes, actions, reprises, découragements, mais trois dates quand même :

Une longue histoire….

2007 : c’est là que tout a commencé : nous avons déposé une pétition signée de 350 habitants de l’avenue Vinet et plus de 500 sur l’avenue de Beaulieu pour demander, déjà, le 30 km/h et une amélioration de nos conditions de vie.

2012 : le collectif Vinet-Beaulieu fait opposition aux Axes forts de transports publics urbains, qui se traduiront pour nous par des reports de trafic importants. Cette opposition, rejetée par l’Office fédéral des transports,  est à l’origine du test 30 km/h de nuit décidé en 2016 par la Ville de Lausanne et le Canton de Vaud, décision basée sur le 2e arrêt du Tribunal fédéral (TF) concernant Zoug.

L’arrêt du TF concerne un axe principal de la ville de Zoug et précise qu’en cas de bruit excessif, ce sont les mesures à la source, donc la réduction de la vitesse qui doit être envisagée en tout premier. Et si l’expertise préalable (exigée par l’OSR) n’est pas concluante, alors il faut faire un test qui prenne également en compte les pics de bruit (et pas seulement les moyennes selon l’OPB), il doit durer suffisamment longtemps pour que les habitudes des conducteurs se modifient.

On ne fait pas grand-chose toute seule : deux personnes ont joué un rôle-clé dans cette aventure :

Je connaissais un peu Rue de l’Avenir, j’ai pris contact avec Dominique von der Mühll que j’avais vue une fois sur la place de la Palud avec un stand de l’association. Et tout au long de ces années, elle a été un soutien constant, m’a apporté des informations et des conseils. Et réciproquement si l’on peut dire, la lutte contre le bruit est devenue un centre d’intérêt de l’association. Merci Dominique et merci Rue de l’Avenir.

L’autre personne-clé, c’est Florence Germond, notre Municipale de la mobilité. Je ne sais plus si c’est moi qui ai proposé un postulat sur le 30 km/h en ville ou si c’est elle qui me l’a soufflé ? Mais ce qu’il y a de sûr : c’est par elle que c’est arrivé. Merci Florence et courage pour la suite !

Le test et ses résultats

Beaucoup a déjà été dit ce matin, mais j’aimerais rappeler quelques éléments :

Tout d’abord le test et ses résultats : il a eu lieu durant les étés 2017 et 2018, avec des résultats incontestables : en moyenne -3 décibels, ce qui correspond à la diminution de moitié du bruit perçu. Plus significatif encore : les pics de bruit (les accélérations) ont diminué de fréquence de 80% et c’est le résultat le plus probant pour les riverains. Quand on est réveillé à 3h du matin, ce n’est pas par une moyenne excessive de bruit qu’on est réveillés, mais par les pics de bruit. Plus de 80% des riverains ont soutenu la mesure et 60 % des usagers de la route ont estimé la mesure acceptable et faisable.

Sur le plan légal

Il est important de distinguer l’Ordonnance sur les zones 30 et les zones de rencontre qui préconise la mise en œuvre de la « zone trente » dans des quartiers résidentiels, de la « limitation à 30 km/h » laquelle relève de l’OSR, article 108, lettre d) qui indique que la réduction de vitesse est possible dans les situations où il n’est pas possible d’agir autrement pour diminuer les nuisances environnementales (bruit, pollution de l’air). Et la limitation à 30 km/h est possible quelque soit le statut de la rue, donc y compris sur des axes principaux. Et les obligations de la zone 30 (portes d’entrée, gendarmes couchés, priorité de droite, suppression des passages pour piétons) ne sont pas applicables. Des panneaux 30 doivent être apposés après chaque carrefour, puisque la limite générale reste à 50 km/h.

Et ce que nous apprend également l’arrêt du TF de 2016 (Zoug), c’est que les allègements, que les cantons ont acceptés largement durant des années, doivent rester une exception. 

Le Prix une première pour les habitants

Pour revenir au Prix, c’est la première fois, je crois, qu’il est attribué à un collectif d’habitants. J’y vois un changement de société : depuis quelques années, les habitants veulent protéger leur quartier, leur ville, veulent participer à leurs évolutions, car nous les habitants nous sommes des « experts –usagers ». Ce prix attribué à une association d’habitants, c’est un symbole fort et c’est aussi la reconnaissance de la légitimité de la lutte contre le bruit du trafic routier.

En guise de conclusion :

Les panneaux 30 km/h portent  en dessous un petit écriteau 22h00-6h00. Ils sont amovibles et il suffira de les enlever pour avoir le 30 km/h de nuit… et de jour.

Anne-Françoise Decollogny

Fribourg, le 1er octobre 2021

Lien vers la vidéo de l’intervention d’Anne-Françoise Decollogny

Pour aller plus loin

Lausanne 30 km/h nocturne

  1. 30 km/h nocturne pour les avenues de Beaulieu et Vinet   Lausanne Ville de Lausanne et canton de Vaud pdf de 22 pages (janvier 2018)
  2. Rapport sur l’esssai avenues Beaulieu et Vinet Ville de Lausanne et Canton de Vaud pdf de 29 pages (juillet 2019)
  3. 30 km/h nocturne à Lausanne. séances publiques de mars 2017
  4. Lausanne octroie un crédit pour le déploiement du 30 km/h
  5. Le 30 km/h de nuit est prêt à être déployé à Lausanne et ailleurs dans le canton (août 2019)
  6. Première en Suisse: le 30 km/h nocturne devient une réalité à Lausanne et dans le canton (2021)

Dossier bruit routier

Voir dossier complet

Galerie de photos sur l’essai lausannois