La plus grande ville du monde (14 millions et le Grand Tokyo 40 millions d’habitants), et la plus fonctionnelle, pourrait également être la plus adaptée aux piétons.
Ce n’est pas une coïncidence.

Pour être autorisé à acheter une voiture, vous devez être en mesure de prouver que vous avez un endroit où la garer.

Tokyo (Flickr Takayuki Miki)

L’article du site Heatmap consacré au livre “Carmageddon : comment les voitures rendent la vie pire et que faire à ce sujet” aborde la réussite de Tokyo dans la réduction de l’utilisation des voitures et offre des perspectives sur la façon dont la ville a accompli cet exploit.

La faible utilisation des voitures à Tokyo est attribuée à des facteurs historiques, des agencements de rues étroites, des espaces de stationnement limités et des coûts élevés associés à la possession d’une voiture, notamment les inspections, les taxes, les prix de l’essence et l’absence de stationnement.

Contrairement à de nombreuses villes occidentales, l’infrastructure routière de Tokyo n’a pas été subventionnée, ce qui a entraîné d’importants investissements dans des systèmes de transport en commun efficaces, en particulier les chemins de fer.

L’article suggère que d’autres villes pourraient s’inspirer du modèle de Tokyo en construisant davantage de logements autour des transports en commun et en surmontant progressivement les défis politiques pour promouvoir les transports en commun et réduire la dépendance à l’égard de la voiture.

Article du site Heatmap résumé et traduit par ChatGPT

La raison de la plus grande de la haute qualité de vie de Tokyo est que le Japon ne subventionne pas la possession de voitures comme le font d’autres pays.
C’est cela, plutôt que la belle architecture, qui explique pourquoi les rues de Tokyo sont si agréables à marcher, ou même à regarder.
Il n’y a pas de voitures qui les remplissent.

Qualité de vie grâce à l’absence de stationnement en voirie

No Parking (Flickr Masashi Furuka)

Citations extraites du site Heatmap

Et même si vous êtes prêt à payer toutes les taxes, vous ne pouvez pas simplement aller acheter une voiture comme vous le feriez dans la plupart des pays. Pour être autorisé à acheter une voiture, vous devez être en mesure de prouver que vous avez un endroit où la garer.

Même si la loi n’existait pas, posséder une voiture au Japon sans avoir de place de parking dédiée serait un cauchemar. En vertu d’une loi nationale adoptée en 1957, le stationnement de nuit dans la rue de toute sorte est complètement illégal.

Donc, si vous deviez acheter d’une manière ou d’une autre une voiture sans endroit pour la stocker, vous ne pourriez pas simplement la garer dans la rue, car elle serait remorquée le lendemain matin, et vous seriez condamné à une amende de 200 000 yens (environ 1 700 $).

En fait, la plupart des stationnements dans la rue, quelle qu’en soit la nature, sont illégaux. Il y a bien quelques exceptions, mais plus de 95 % des rues japonaises n’ont pas du tout de stationnement dans la rue, même pendant la journée.

Il vaut la peine de prêter attention à Tokyo précisément parce qu’elle montre qu’un grand nombre de voitures ne sont pas nécessaires à la vie quotidienne.
Ce que Tokyo montre, c’est qu’il est possible pour d’énormes villes de fonctionner plutôt bien sans être surchargées par la congestion de la circulation.

En fait, Tokyo fonctionne mieux que les grandes villes d’ailleurs. C’est pourquoi elle a réussi à devenir si grande.

Source :

Bonnes pages du livre (en anglais) de Daniel Knowles “Carmageddon : comment les voitures rendent la vie pire et que faire à ce sujet” dont le site Heatmap a repris le chapitre consacré Tokyo.