Lyon passe en « Ville 30 » le 30 mars 2022

A partir du 30 mars 2022, la vitesse maximale autorisée sera limitée à 30 km/h dans la quasi-totalité de la ville de Lyon.  Seules quelques voies resteront limitées à 50 km/h (voire exceptionnellement à 70 km/h).

Après Grenoble, Nantes, Lille et Paris, et comme dans plusieurs grandes villes européennes, Lyon passe à 30 km/h. Quelques grands axes comme les quais ou l’avenue Berthelot resteront toutefois à 50 km/h. En lien avec la Métropole, la Ville adopte le 30 km/h qui devient donc la nouvelle norme.
Une habitude que les automobilistes avaient déjà commencé à prendre puisque 34% des rues de Lyon étaient déjà limitées à 30 km/h ou moins. Avant cette date 200 km de voirie étaient encore à 50 km/h.

La ville à 30, les avantages côté sécurité¹

Le passage à 30 km/h a pour but d’améliorer la sécurité routière et la cohabitation entre tous les usagers. Le champ de vision des conducteurs est augmenté et la distance de freinage est divisée par 2 pour les voitures : elle passe de 27 m à une vitesse de 50km/h à seulement 13 m à 30 km/h.

Statistiquement, il y a 20% de chance de survie en cas de choc à 50km/h contre 90% à 30km/h.

Enfin, les retours d’expériences des autres collectivités (en France comme à l’étranger) ayant mis en place ce dispositif confirment une diminution significative du nombre d’accidents ainsi que de leur gravité.

La ville à 30, les avantages côté qualité de vie¹

La Ville 30 induit l’adoption d’un style de conduite plus économique, souple, sans à-coups, qui diminue non seulement la consommation mais aussi les rejets de gaz polluants.

En termes de nuisance sonore, la Ville 30 a un impact positif car le fait de rouler à 30 km/h diminue le bruit du trafic de 2,4 à 4,5 décibels. De façon concrète, cela équivaut à réduire de moitié les nuisances sonores.

Des rues apaisées, cela signifie également que les plus vulnérables, notamment les enfants et personnes âgées, se sentent plus rassurés. De la même façon, les piétons et les cyclistes se sentent plus à l’aise.

Et les automobilistes dans tout ça ?¹

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la généralisation des 30 km/h n’aurait que peu d’impact sur la vitesse et la durée d’un trajet. La vitesse moyenne serait réduite de 1,6 km/h et le temps de déplacement simplement allongé de 18 secondes pour un trajet d’1 km en ville.

Cohabitation piétons et voitures à Lyon Photo Rue de l’Avenir

Présent jeudi 6 janvier sur le plateau de BFM Lyon, Grégory Doucet a officialisé cette information tout en levant un peu plus le voile sur cette nouvelle carte de la vitesse à Lyon. « Il reste encore quelques arbitrages, mais bien évidemment que la M6, M7, le tunnel de la Croix-Rousse ne sont pas concernés, que les quais vont rester à 50 km/h, comme le cours Gambetta, l’avenue Berthelot, l’avenue Garibaldi. Ces grands axes extrêmement circulant vont rester à 50, je ne vous ai pas fait la liste intégrale, mais il y a aussi quelques autres axes », a détaillé l’édile écologiste.

« La ville 30, pour rappel, c’est inverser la logique. Se dire, 30km/h, c’est la base en ville. Et quelques axes, des grands axes, sélectionnés qui restent à 50 km/h
Grégory Doucet, maire de Lyon

« La norme ce sera 30 km/h « 

Il y a quelques mois, Valentin Lungenstrass nous résumait ainsi le concept de la Ville 30 : « La ville 30, pour rappel, c’est inverser la logique. Se dire, 30km/h, c’est la base en ville. Et quelques axes, des grands axes, sélectionnés qui restent à 50 km/h. Ce n’est pas comme une zone 30 où on définit une petite zone où la limitation de vitesse est à 30km/h. La logique est inversée ». Ce que confirme Grégory Doucet en prévenant qu’à partir du 30 mars 2022, « la norme ce sera 30 km/h ».

Extrait du Plan Pluriannuel des Investissements de la Ville de Lyon

Toutes les villes qui sont passées en ville 30, et elles sont nombreuses en France et en Europe, ont vu globalement leur accidentologie baisser de 30 à 40 %. Ce n’est pas rien
Grégoire Doucet, maire de Lyon

L’idée derrière ce changement de paradigme est de « réduire le nombre de morts et de blessés dans cette ville, assure le maire de Lyon. Toutes les villes qui sont passées en ville 30, et elles sont nombreuses en France et en Europe, ont vu globalement leur accidentologie baisser de 30 à 40 %. Ce n’est pas rien. C’est des vies sauvées grâce à ce passage et c’est l’objectif que l’on s’est donné », fait valoir Grégory Doucet.

De nombreuses villes de la Métropole intéressées

Lors de son passage en « Ville 30 », Lyon rejoindra cinq autres communes de la Métropole de Lyon qui ont déjà sauté le pas, Oullins, Poleymieux-au-Mont-d’Or, Fontaines-Saint-Martin, Couzon-au-Mont-d’Or et Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Le maire d’Écully nous a également confirmé en début de semaine que sa commune abaissera elle aussi la vitesse à 30dans ces rues prochainement.

Selon un document partagé sur Twitter par Fabien Bagnon, le vice-président de la Métropole en charge de la voirie, 23 communes sont intéressées par la Ville 30. (Crédit Métropole de Lyon)

Sur le reste de la Métropole de Lyon, au moins 21 autres villes sont intéressées par cette mesure qui doit, en plus « de réduire l’accidentologie« , permettre de « redonner la priorité aux piétons« , estime Fabien Bagnon, le vice-président de la Métropole en charge de la voirie.

D’ici la fin de son mandat en 2026, la majorité à la tête du Grand Lyon « aimerait bien que les 2/3 des habitants de la métropole résident sur une commune à 30 km/h« , comme nous l’expliquait Fabien Bagnon il y a quelques mois. Parmi les autres communes intéressées, on retrouve les villes de Villeurbanne, Bron, Givors, Saint-Genis-Laval ou encore Neuville-sur-Saône.

La ville à 30 km/h¹

L’Organisation Mondiale de la Santé considère la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social« . Les mobilités, le stationnement et le partage de l’espace public sont donc un moyen pour la collectivité d’œuvrer pour le bien-être des citadins. Ce bien-être passe notamment par la réduction de la pollution et des nuisances sonores, la sécurité des déplacements ou la pratique de l’exercice au quotidien…

Concrètement, la Ville 30 consiste à établir la limitation à 30 km/h comme norme sur la majorité des voies de circulation. La limitation à 50 km/h (voire exceptionnellement à 70 km/h) devient une exception.

Voir la carte des rues avec leur limitation de vitesse

Les objectifs de la Ville à 30 sont multiples :
– apaiser les circulations,
– améliorer la sécurité routière,
– œuvrer pour un meilleur partage de l’espace public,
– faciliter la circulation des piétons et des cyclistes.

Cela permet à ces nouveaux axes de bénéficier d’aménagements apaisés avec la quasi généralisation des rues à double-sens cyclable. À la clé, plus de sécurité pour les plus vulnérables et moins de nuisances sonores.

Les chiffres sont éloquents :
• réduction du nombre d’accidents de la route et leur gravité (20% de chance de survie en cas de choc à 50 km/h contre 90% à 30 km/h),
• amélioration de la cohabitation entre tous les usagers : en abaissant la vitesse à 30 km/h, le champ de vision des conducteurs est augmenté et la distance de freinage des véhicules motorisés est divisée par 2,
• transformation des rues, plus sûres, plus accueillantes, et amélioration la qualité de vie des riverains (nuisances sonores divisées par 2 entre une zone à 50 km/h et une zone à 30 km/h).

Sources :