Vitoria – Gasteiz (Pays basque) : les précurseurs

Vittoria- Gasteiz (Pays basque) 240 000 habitants, est la capitale de la Communauté autonome du Pays basque.
Sa superficie est de 277 km2 pour une (faible) densité de 909 habitants/km2.

Avec l’introduction des superîlots  et une diminution de 12% du volume de circulation les Autorités de la ville prévoient de récupérer 75% de l’espace occupé aujourd’hui par la circulation routière. Le premier superîlot date de 2008.

Voir  « L’avenir des villes sans voiture, ce sont les supermanzanas ou superîlots de Vitoria-Gasteiz ».
La vidéo de 6 minutes, en espagnol avec sous-titres anglais, explique le fonctionnement et l’impact des superîlots sur la réduction importantes des nuisances  (NOx, particules fines et bruit -4 Db) et la reconquête spectaculaire de l’espace public.

La vidéo explique comment le concept de superîlot peut être introduit à Madrid, Oslo, Melbourne ou Hambourg.

Copie d’écran de la vidéo sur les superîlot ((Supermanzana) de Vittoria-Gasteiz, très efficace pour réduire les nuisances.

Un projet ambitieux

Le concept de la supermanzana est à la base des villes du 21e siècle. Et Vitoria-Gasteiz veut être la première ville à le développer complètement. Des villes dans lesquelles les voitures n’occupent plus et ne dominent plus l’espace public, mais où il y a de l’espace pour que les enfants puissent jouer dans la rue, pour que les gens puissent se promener et pour que les piétons soient au centre de l’espace public.

Axe 30 km/h à Vitoria-Gasteiz (Pays basque)

La révision du plan de mobilité présentée en septembre 2019 par la ville met en lumière la création de supermanzanas. Les supermanzanas sont des groupes de rues qui n’auront plus d’intérêt pour les automobilistes. Le transit sera impossible. Sur ces rues, la priorité sera donnée aux piétons et la vitesse maximale sera de 20 km/h sur celles situées à l’intérieur de l’ancien périphérique.

« Nous devons avant tout promouvoir un espace public de qualité pour les piétons, qui est l’axe prioritaire de notre action. Le deuxième axe est l’engagement en faveur de transports publics électriques modernes, de grande capacité et de qualité. Le troisième élément est l’engagement en faveur de la bicyclette ont indiqué les intervenants au « Gasteiz Hoy ».

Une grande partie de Vitoria-Gasteiz passe au 30 km/h (partie beue et collectrices de quartier en orange). Voir à 10 ou 20 km/h dans la « supermanzana » centrale en vert

Source et extraits « Gasteiz Hoy » et la vidéo El Confidential