La rue, un espace public, un espace de vie
Montréal2020-11-30T12:20:22+01:00

Montréal teste des « milieux de vie » durant la pandémie

Montréal a déployé neuf superîlots dans le cadre de sa réponse à la pandémie cet été dans le quartier de Rosemont. S’inspirant du concept catalan, l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie va revoir l’aménagement de son territoire afin de créer des «milieux de vie» visant à favoriser la circulation des piétons et des cyclistes.

Ces milieux de vie qui s’inspirent des «superîlots» de Barcelone, (voir la vidéo de 8 minutes en anglais du point de vue nord américain) recouvrent presque toute la surface de l’arrondissement et sont destinés en priorité à la circulation locale.
La circulation de transit sera ainsi redirigé vers des axes routiers plus importants comme le boulevard Rosemont ou le boulevard Saint-Michel, par exemple.

Carte des milieux de vies à priorité piétonne. – Arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie

«Ces mesures ont pour objectif de permettre aux citoyens de se déplacer plus facilement à travers l’ensemble du territoire tout en respectant les 2 m de distanciation», François W. Croteau, maire de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie.

Des rues scolaires

Zone scolaire

Le projet prévoit aussi des rues-écoles, une première à Montréal, souligne M. Croteau. Aux heures d’entrée et de sortie des classes, les rues alentour seront interdites aux voitures pour assurer la sécurité des enfants.
«On va voter une modification du règlement pour permettre le jeu libre sur la rue. On pourra même ensuite aménager des rues pour le jeu libre autour des parcs et des écoles. Et ça pourrait se faire même après la crise actuelle», précise au journal Metro le Maire.  Voir la page du site du Ministère des transports consacrée aux zones scolaires.

Nota bene : le signal zone scolaire ne comporte par l’interdiction de circuler ou le droit de jouer sur la rue.

Rue 30 km/h avec le signal attention enfant dans le quartier montréalais du Mont Royal en octobre 2010, proche du centre et relativement privilégiée

«C’est le bon moment pour expérimenter avec le peu de voitures qu’il y a sur nos routes. On doit être prêt si dans l’avenir d’autres crises devaient survenir à Montréal», explique-t-il au journal Métro, faisant aussi référence aux enjeux climatiques.

A relever dans la copie d’écran ci-dessus (2019) de la rue de Bellechasse à Rosemont, dans la banlieue résidentielle de Montréal : la rue est à 30 km/h, les trottoirs sont étroits, les cables électriques et du téléphone ne sont pas enterrés. Le carrefour connaît le régime arrêts (stop) toutes directions fréquents au Québec. Le transit parasite peut être important.

Plan d’urbanisme

La pandémie a été l’occasion de tester les « milieux de vie » –  les superîlots montréalais – prévus dans le plan d’urbanisme de Montréal. L’objectif 1 « améliorer la qualité de vie des milieux de vie existants » est téléchargeable ici pdf.

La Ville de Montréal a créé une charte des milieux de vie montréalais

La charte des milieux de vie Montréalais

Le Plan d’urbanisme prévoit dix critères relativement à la qualité des milieux de vie montréalais :

  1. une gamme variée de logements, tant pour le type que pour le prix, répondant au profil et aux besoins spécifiques des ménages montréalais dans une perspective d’harmonie sociale;
  2. une architecture de qualité valorisant le patrimoine bâti et contribuant à enrichir le paysage urbain ainsi que l’identité des arrondissements;
  3. un habitat sain et écologique alliant notamment la qualité de l’air et l’efficacité énergétique;
  4. un aménagement du domaine public confortable, sécuritaire et accessible à tous, privilégiant les déplacements à pied et à vélo et valorisant la végétation;
  5. un cadre de vie et une qualité d’environnement urbain assurant la sécurité, le bien-être et la quiétude des résidents et favorisant l’épanouissement des individus et l’harmonie sociale;
  6. des parcs et des lieux publics contribuant à enrichir la qualité de l’environnement urbain, permettant un accès à la verdure et aux espaces naturels et répondant aux besoins de tous les groupes d’âge en encourageant la pratique d’activités sportives, de détente et de plein air;
  7. des projets immobiliers intégrant les milieux naturels d’intérêt, participant ainsi à leur protection, à leur mise en valeur et à l’enrichissement des milieux de vie;
  8. des commerces, des services et des équipements collectifs de voisinage répondant aux besoins des résidents et accessibles à pied;
  9. une utilisation du transport collectif valorisée par une desserte adéquate et une facilité d’accès au réseau, de même que par une densité suffisante et une mixité d’usages aux abords des points majeurs d’entrée au transport collectif;
  10. des emplois diversifiés et intégrés de façon harmonieuse aux milieux de vie ou à proximité.

Mesures de transition

Comme d’autres villes Montréal a créé plusieurs dizaines de kilomètres de vies cyclables et des espaces réservés aux piétons.

les autorités municipales ont repensé le partage de l’espace public en offrant aux piétons et aux cyclistes plus de 327 kilomètres supplémentaires de voies aménagées dans les rues de la métropole pour la période estivale indique Radio Canada

Le partage des rues revu et repensé

 » Les compteurs vélos de la Ville ont enregistré une hausse de 75 % de l’achalandage (vieux français pour client, ici utilisateurs) lors des fins de semaine. […] Ça nous a poussés à repenser le partage de l’espace public. Par conséquent, la Ville de Montréal a réorganisé le partage des rues et des voies publiques de façon temporaire afin de répondre aux nouveaux besoins des Montréalais »  explique la mairesse Valérie Plante à Radio Canada. Voir le reportage et la vidéo de la chaîne nationale.

Montréal voies actives sécuritaires Source La Presse quotidien québécois électronique gratuit

 » Il s’agit d’un des plans les plus imposants au monde. […] De mettre en place en si peu de temps près de 327 kilomètres de voies cyclables et piétonnes, c’est du jamais-vu. L’ampleur de la crise à Montréal nécessite des gestes forts » indique Valérie Plante, mairesse de Montréal

Source :Radio Canada Journal Métro, Ville de Montréal et ministère des Transports du Québec

Go to Top