La rue, un espace public, un espace de vie
Accueil/Thèmes/Rues apaisées/Mobilité d’après/Budapest – mobilité post Covid
Budapest – mobilité post Covid2020-11-05T15:14:33+01:00

Mobilité post Covid-19 à Budapest

Le nouveau maire Gergely Karácsony avait promis de ramener la ville aux gloires du cyclisme du passé. Un an après son élection, le bilan est positif, avec quelques ombres.

Un maire nouvellement élu qui se rend à l’hôtel de ville à vélo lors de son premier jour de travail est toujours un bon spectacle. Mais lorsqu’il s’agit des faits, les revirements et les promesses manquées en matière de mobilité durable sont toujours au rendez-vous. Jusqu’à présent, cependant, à Budapest, le premier citoyen Gergely Karácsony est resté essentiellement fidèle à l’un des piliers de sa campagne électorale : rendre la capitale hongroise plus conviviale pour les cyclistes et la ramener aux gloires du passé, lorsque la ville a été incluse dans l’index de Copenhaguedes 20 villes les plus cyclistes du monde.

En octobre 2019, Karácsony a remporté les élections à la tête d’une plateforme progressiste et écologique. Son rival Istvan Tarlos, du parti Fidesz au pouvoir et ancien maire pendant dix ans, avait montré pendant son mandat qu’il avait à cœur les intérêts des automobilistes. La campagne électorale de Karácsony, en revanche, avait accordé une grande importance au thème de la marche et du vélo. La pandémie de Covid-19, à cet égard, lui avait permis de brûler les étapes.

Bien que la première vague pandémique en Hongrie ait été maîtrisée, les effets sur la mobilité ont été évidents : les lignes les plus fréquentées de transports publics efficaces ont connu une réduction de 90 % du nombre de passagers, tandis que l’utilisation de la voiture particulière a augmenté de manière significative.

Pour contrer ce scénario, Karácsony a été l’un des premiers maires d’Europe à mettre en place des pistes cyclables de transition et à attribuer une voie exclusivement aux vélos. En outre, pour renforcer le message selon lequel le vélo est le moyen de transport idéal, l’administration municipale a proposé le service local de partage de vélos Bubi au prix symbolique de 30 centimes par mois.

D’autres initiatives ont suivi, depuis le printemps il y a eu une augmentation du nombre de trams sur lesquels il est possible de mettre son vélo; bientôt cela sera également possible sur certaines lignes du métro tandis qu’avec l’arrivée de l’été Gergely Karácsony a fermé à la circulation le week-end un tronçon de route très central de cinq kilomètres le long du fleuve, permettant aux citoyens de marcher et de faire du vélo sans être dérangés le long du Danube et devant certains des monuments les plus célèbres de la ville, du Parlement néo-gothique à l’iconique Pont des Chaînes.

Fermeture la circulation motorisée des quais le long du Danube les fins de semaine

Cette initiative a été très populaire et a permis de sensibiliser les habitants à la nécessité de réaménager et de convertir une partie charmante de la ville, actuellement sacrifiée au profit des voitures.

Entre-temps, après six mois d’expérimentation du vélo en transition, le bilan est positif : « Il n’y a jamais eu autant de cyclistes à Budapest, les compteurs de vélo ont mesuré 40% de plus au cours des premières semaines de septembre », a déclaré Gábor Kürti, président du Magyar Kerékpárosklub, l’une des principales organisations cyclistes du pays.

Gergely Karácsony a finalement annoncé qu’il n’y avait pas de retour en arrière et que les voies cyclables deviendraient définitives. En même temps, le Maire a expliqué qu’en prenant cette décision, il voulait tenir compte de l’opinion des quelque 50 000 citoyens qui avaient répondu à un questionnaire sur l’avenir de Nagykorut, le principal boulevard de la ville et la rue la plus fréquentée. Le résultat de l’enquête a été clair : oui au vélo, mais sans nouvelles réductions de la capacité de la circulation automobile.

Compromis

L’administration municipale a donc décidé que dans la première moitié de l’avenue, une des voies restera une piste cyclable, tandis que dans la seconde moitié, généralement plus fréquentée, il y aura un retour aux deux voies automobiles ; là, les pistes cyclables seront réalisées en éliminant plus de deux cents places de stationnement en bordure de chaussée, ou en les faisant passer sur le trottoir.

Fruit d’un compromis voie cyclable sur le trottoir

Un compromis qui mécontente un peu tout le monde. Le gouvernement du Premier ministre Orban, qui voit dans le maire de Budapest le candidat probable de l’opposition aux élections législatives de 2022, n’a pas perdu de temps et a accusé le premier citoyen d’être un ennemi des voitures, tandis que les associations environnementales et cyclistes, tout en reconnaissant les progrès réalisés par Budapest en un an seulement, ont qualifié ce compromis de décevant et peu courageux.

En fait, sur certains tronçons, le résultat est une piste cyclable très étroite et un petit trottoir, on s’attend déjà à une augmentation des conflits entre cyclistes et piétons. Dans d’autres, les voitures et les taxis continuent à se garer sur le bord de la piste cyclable, ce qui les rend inutilisables pour la piste cyclable.

Voir le reportage de Bikeitalia de 8 pages

Source texte et images : Bikeitalia

Go to Top