Région de Bruxelles-Capitale :
les mesures Covid-19

Le centre de Bruxelles en zone de rencontre

Les du centre de Bruxelles

Dès le déconfinement, début mai, le Pentagone – tout le périmètre de la Ville situé à l’intérieur de la Petite Ceinture, 8 km de long – 52 000 habitants et 130 000 emplois pour 4,5 km2 et neuf quartier (ci-contre)– passera en zone de rencontre. Concrètement, les piétons et les cyclistes seront prioritaires et pourront circuler sur les chaussées, et non plus seulement sur les trottoirs ou pistes cyclables. La circulation des véhicules automobiles y est autorisée, à une vitesse maximale de 20 kilomètres/heure. La même règle vaut pour les trams et bus.

« La mesure entrera en vigueur pour le début du mois de mai. Et les premières mesures de déconfinement. Elle doit permettre de faciliter le respect de la distanciation sociale, explique le bourgmestre, Philippe Close. Et ce en particulier dans les zones hyperdenses, où les trottoirs sont très étroits. C’est aussi une façon d’apaiser la circulation dans le centre-ville » rapporte Le Soir du 20 avril 2020.

Réseau cyclable de 40 km de « pistes coronavirus »

La ministre bruxelloise Elke Van den Brandt a défini un plan de mobilité pour le déconfinement. Mesure phare : l’aménagement, en urgence, de 40 km de pistes cyclables sur les grands axes.

C’est un message bizarre à porter, pour une ministre bruxelloise de la Mobilité, Groen de surcroît. Pourtant, déconfinement oblige, Elke Van den Brandt, décourage l’usage des transports en commun. « Il faut à tout prix éviter que les véhicules de la Stib soient bondés. Il faut les laisser prioritairement à celles et ceux qui en ont vraiment besoin. » Pas question, toutefois, pour le gouvernement régional d’inciter à l’utilisation de la voiture et ainsi favoriser l’engorgement des grands axes dès ce lundi. Le plan de mobilité dicté par la lutte contre le Covid repose donc largement sur la marche et le vélo nous dit le Le Soir du 29 avril.

Zone de rencontre en cul-de-sac

Ixelles – zone de rencontre en cul-de-sac tête-bêche

Uccle: une quinzaine d’artères passent à 20 km/h

la Ville de Bruxelles n’est pas la seule à avoir répondu à l’appel d’Elke Van den Brandt, ministre (Groen) de la Mobilité. Une dizaine d’autres communes bruxelloises ont suivi le mouvement. Dernière en date, Uccle. Dont le collège a décidé de transformer, temporairement, une quinzaine d’artères en zone de rencontre (…)

(…) A Uccle comme dans les autres communes, la mesure est temporaire. « A l’heure actuelle, elle est prévue jusqu’au 30 juin. En fonction de l’évolution de la situation sanitaire, elle sera ou non prolongée. Le Collège pourrait aussi être amené à l’adapter. Tout comme le Collège pourrait encore faire passer d’autres voiries en zones de rencontre », précise encore au Soir l’échevin Ecolo Thibaud Wyngaard.

Source Le Soir du 9 mai 2020