Le parlement écossais étudie un projet de loi pour faire du 30 km/h la vitesse par défaut (avec exceptions)

Ce projet de loi fixera une limite nationale de  30 km/h – 20 mph (au lieu de 50 km/h) sur les rues résidentielles et urbaines d’école (5 500 000 habitants / 78 000 km2), avec exceptions . Les autorités locales de la circulation ayant la possibilité de faire des exceptions qui conserveront une limite de 50 km/h. La loi prévoit une cohérence nationale et une flexibilité locale.

Image tirée du site du parlement écossais

Position de 20’s plenty for us

« Nous applaudissons le gouvernement écossais qui a fait avancer ce projet de loi jusqu’à son stade actuel. Il offre une énorme opportunité d’aligner l’Écosse sur ce qui devient la meilleure pratique dans le monde entier et en particulier dans les pays plus socialement sensibilisés. Il aligne l’Écosse sur des pays tels que le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède, la Suisse, la France, la Belgique, l’Autriche, l’Allemagne et le Japon, où le 30 km/h est la norme acceptée dans les communautés, qu’elles soient urbaines ou rurales.

Elle permettra à l’Écosse de s’éloigner du modèle anglais de fixation locale incohérente des limitations de vitesse sur les rues construites, fondée sur les priorités et les valeurs des conseils et sur l’empathie avec les communautés. Elle permettra au contraire d’établir une valeur nationale commune quant à la manière dont les routes sont partagées et de faire ce que les gouvernements nationaux font le mieux en fixant ces normes, en facilitant la mise en œuvre tout en laissant la possibilité de déterminer les exceptions au niveau local« .

Pourquoi le projet de loi a été créé

Le projet de loi réduirait la limite de vitesse de 50 à 30 km/h sur la plupart des rues résidentielles et urbaines. Il y aura des exceptions. Document tiré du site du Parlement écossais

Mark Ruskell, député du parlement écossais, initiateur du projet de loi, pense que l’abaissement des limites de vitesse réduit la vitesse à laquelle les gens conduisent habituellement. Il pense que des vitesses plus faibles rendent les rues plus sûres et plus agréables. Selon lui, l’abaissement de la limite de vitesse par défaut, avec exceptions, est le moyen le plus efficace d’obtenir ces avantages.
Vous pouvez en savoir plus dans le document préparé au nom de Mark Ruskell MSP qui explique (en anglais) le projet de loi. (traduction de la page du site du Parlement).

Sources :