Rue par rue, Amsterdam coupe les voitures de l’image

Armée d’un outil appelé « knip », la capitale néerlandaise réduit l’accès à la voiture dans le centre-ville et élargit les heures de transport en commun.

Amsterdam. 30 km/h, rue cyclable et zone environnementale (milieu zone)

Célèbre, les voitures privées d’Amsterdam passent au second plan des vélos : environ les deux tiers des voyages urbains dans la capitale néerlandaise se font sur deux roues, et seulement 19 % des citoyens utilisent la voiture chaque jour.

Pourtant, il reste beaucoup de voitures dans la ville, et elles causent des tensions à tout le monde. Des foules de cyclistes se bousculent pour l’espace vélo et des places de stationnement limitées pour vélos, qui à leur tour contrarie souvent les piétons, qui voient leurs espaces envahis par les vélos.

Afin d’atténuer ce conflit des modes de mobilité et d’atteindre son objectif ultime de devenir une « ville sans voiture« , AmsterdamAlderperson (comme on appelle les membres de la législature municipale) Sharon Dijksma* a annoncé la semaine dernière une foule de nouvelles mesures visant à rendre plus difficile pour les automobilistes d’utiliser au moins dix rues centrales comme itinéraires de transit, en utilisant des systèmes à sens unique, le rétrécissement des routes et des barrières. Afin d’encourager davantage les conducteurs à renoncer à leurs clés, la ville a également annoncé son intention d’ouvrir le métro d’Amsterdam toute la nuit le week-end à partir de 2021 et de rendre le transport en commun pour tous les enfants de moins de 12 ans la même année. Pendant ce temps, l’hôtel de ville réfléchit déjà à un plan plus vaste – non seulement pour restreindre la circulation de transit, mais aussi pour l’interdire complètement.

La ville dispose d’une série ambitieuse d’objectifs d’atténuation des voitures, y compris une interdiction de toutes les voitures à essence et diesel de la ville d’ici2030. Une partie de cette poussée pourrait consister à encourager les conducteurs à passer aux véhicules électriques, mais les aspirations à un avenir zéro émission – et les solutions aux complications logistiques de la création d’un réseau de recharge pour une flotte électrique élargie – seront beaucoup plus faciles à réaliser avec beaucoup moins de véhicules privés sur la route.

Intervention à l’échelle d’un quartier

Amsterdam. « Coupure » du transit dans une zone 30. Le sas permet aux cyclistes et piétons de passer. Photo RdA

L’oeuf de Colomb : le knip

Les outils qu’Amsterdam utilise pour construire son avenir sans voiture ne nécessitent pas d’énormes perturbations ou de coûts. La clé d’entre eux est ce que les Néerlandais appellent une « coupure » (knip en néerlandais). Cela implique simplement d’ériger des barrières qui ferment une courte bande d’une longue rue ; la majeure partie de la rue est encore accessible pour les livraisons, les ramassages et les déposes, mais ce n’est plus bon comme itinéraire à travers la ville.

Amsterdam peaufine cet outil depuis un certain temps. Actuellement, par exemple, vous pouvez conduire vers et depuis la gare centrale de la ville, mais vous ne pouvez plus passer directement, libérant le parvis pour une vaste place peuplée uniquement de piétons et de tramways. Les rues plus centrales auront maintenant leurs propres knips, tandis que d’autres seront faites à sens unique ou verront leurs voies de voiture rétrécies. La ville estime qu’une fois coupée, le trafic d’une rue diminue de 70 %.

Taux d’occupation au sol

Si cela semble un peu purgatoire pour les conducteurs, eh bien, c’est un peu le point. Le fait de sortir les voitures du centre-ville n’aide pas seulement la ville à atteindre son objectif d’être sans émissions d’ici 2030, il sert à rééquilibrer un système routier qui reste adapté de manière disproportionnée aux besoins des conducteurs (du moins selon les normes néerlandaises). À l’avenir, la conduite plutôt que vers le centre d’Amsterdam pourrait être interdite. L’idée actuellement en cours d’examen est que les contrôles sur les voitures pourraient être appliqués par des caméras autour du périmètre du centre-ville, une technique déjà utilisée de manière suffisamment transparente pour gérer la zone centrale de charge de congestion de Londres.

Une autre mesure à l’étude est d’autoriser les taxis dans le centre d’Amsterdam uniquement s’ils ont été convoqués ou s’ils ont un trajet pour déposer, un moyen de s’assurer que les rues du centre-ville ne sont pas obstruées par des véhicules de croisière sans passagers.

Encore une fois, c’est difficile, et il est significatif que ces mesures plus fermes soient discutées par la municipalité plutôt que ouvertement énoncées comme une politique future confirmée. Ils reflètent néanmoins ce qui est la direction du voyage d’Amsterdam depuis un certain temps. La ville a systématiquement supprimé les places de stationnement depuis plusieurs années et a déjà supprimé les principales routes automobiles est-ouest à travers le centre-ville en 2018. Il n’est pas difficile de voir comment l’idée de conduire au centre-ville pourrait très bientôt appartenir au passé. Mois après mois et année après année, les lacunes par lesquelles les voitures peuvent pénétrer à Amsterdam sont comblées.

headshot de Feargus O'Sullivan
Feargus O’Sullivan est écrivain pour CityLab à Londres, axé sur les infrastructures européennes, le design et la gouvernance urbaine.

Octobre 2019

****************

L’explication du bicyclenetwork.com.au

Bien qu’Amsterdam soit réputée pour ses déplacements cyclistes denses, elle a néanmoins beaucoup trop de gens qui tentent encore de se déplacer dans la ville en voiture privée. Avec des vélos, des piétons et des transports en commun routiers déjà à court d’espace routier, quelque chose doit donner.

Et oui, c’est la voiture inefficace et malsaine – utilisée par 19 % des navetteurs – qui prend le coup.

Amsterdam, Geveluin (jardin de façade)

Décourager les voyages en voiture

Knip est le mot néerlandais pour couper, et c’est le mot qu’ils donnent à un nouveau plan visant à décourager les voyages en voiture non essentiels dans le centre d’Amsterdam. Beaucoup d’itinéraires de voiture directs et pratiques entourant le centre-ville vont souffrir d’un knip – la circulation de transit sera tout simplement coupée.

Les vélos et les piétons et la circulation locale auront toujours accès, mais une série de mesures d’apaisement de la circulation réorienteront les voitures dans un labyrinthe de rues. Au lieu de conduire de A à B, ceux qui se rendent en ville iront de A à M à D à Q à B. Il sera si lent et gênant que les conducteurs abandonneront et trouveront un autre moyen de voyager.

Cette technique a déjà été utilisée dans de nombreux endroits du monde avec un grand impact et a déjà été introduite avec succès dans le CBD d’Amsterdam, où elle a réduit le trafic de 70 %. Dix voies de transit centrales seront traitées, en utilisant des configurations à sens unique, le rétrécissement des routes et des barrières.

Le long de l’Amstel

Mesures d’accompagnement

  • Afin d’encourager davantage les conducteurs à renoncer à leurs clés, la ville a également annoncé son intention d’ouvrir le métro d’Amsterdam toute la nuit le week-end à partir de 2021 et de rendre le transport en commun gratuit pour les enfants de moins de 12 ans la même année.

    Amélioration de la fréquence des TC

  • L’interdiction de toutes les voitures à essence et diesel d’ici 2030 est également à venir.
  • Une autre mesure à l’étude est d’autoriser les taxis dans le centre d’Amsterdam uniquement s’ils ont été convoqués ou s’ils ont un trajet pour déposer, un moyen de s’assurer que les rues du centre-ville ne sont pas obstruées par des véhicules de croisière sans passagers.
  • La ville a également systématiquement supprimé des places de stationnement.
Source :

Pour aller plus loin

Agenda pour Amsterdam (presque) sans voiture