Piétons et cyclistes

Depuis la fin des années 90, on (re)découvre la «mobilité douce», terme généralement utilisé au sein des administrations fédérale et cantonales et dans le monde francophone pour désigner les modes de déplacement à la force du mollet: marche, vélo, mais aussi randonnée, trottinette, planche et patin à roulettes, vélo d'enfants etc. Une – petite – structure spécifique a été créée en 2000 au sein de l’OFROU - Office fédéral des routes.

La mobilité douce a aussi fait l’objet d’un projet de plan directeur au niveau fédéral, malheureusement non validé. Elle a maintenant été définie comme une exigence de base pour le financement des «projets d’agglomération». Un mouvement semble s’amorcer en faveur des déplacements non motorisés, qui bénéficie aussi des actions développées par les milieux de la santé.

Les termes "modes doux" et "modes actifs" sont également utilisés.