30 km/h : le Parlement européen revient à la charge

Publié le 10.10.2013

Le Parlement européen soutient une fois de plus la limite à 30 km/h en ville en faisant appel à la Commission européenne de donner un aperçu des zones urbaines avec une limite de vitesse à 30 km/h et d’étudier les effets de cette limite sur la réduction des décès et des blessures graves.
Cet appel est inclus dans l’article 14 de la résolution sur la sécurité routière adoptée le 3 juillet 2013.

Totem zone 30 à St Sulpice (Vaud)

 Rappelant qu'en 2011, les accidents de la route ont fait plus de 30.000 morts et près de 1.500.000 blessés (dont plus de 250.000 blessés graves) dans l'Union européenne, le Parlement demande à la Commission de définir un objectif ambitieux de réduction de 40% des dommages corporels dus aux accidents de la route pour la période 2014-2020, et de conserver la notion générale de «sécurité totale» comme objectif à long terme.

Totem zone30 dans la traversée de St Sulpice (Vaud)


Les députés demandent la mise en œuvre rapide de des priorités fixées par la Commission pour l'élaboration de sa stratégie, à savoir des mesures à l'égard des effets des collisions, de la stratégie de gestion des accidents, des services de premier secours et des services d'urgence et des processus de réadaptation à long terme. (...)

Protéger les usagers vulnérables :
soulignant que les piétons et les cyclistes représentent à eux seuls 50% de tous les décès dus aux accidents de la circulation en zone urbaine, le Parlement

  • invite la Commission à fournir un aperçu des zones urbaines dotées d'une limitation de vitesse à 30 km/h et des effets de cette limitation sur la réduction des tués et des blessés graves.
  • se prononce en faveur d’une action concertée visant à promouvoir les «droits des usagers vulnérables de la route» dans  la politique des transports de l'Union européenne.
  • invite en outre la Commission à envisager de lier le cofinancement par l'Union européenne de projets de transports urbains des plans de mobilité urbaine durable.

Les États membres sont encouragés à souligner l'importance des campagnes d'information et de formation visant à accroître la sûreté des déplacements à vélo et à pied.

Pour en savoir plus