Le Conseil fédéral protège les voies de communication historiques

Publié le 22.04.2010

Les voies de communication historiques comptent parmi les monuments menacés de Suisse. Afin d'en assurer la protection, le Conseil fédéral les a recensées dans un inventaire fédéral. L'ensemble des objets répertoriés sont protégés par la Confédération, et les cantons, les communes ou les particuliers qui les conservent peuvent obtenir une aide à cette fin.

Le Conseil fédéral a décidé en 1984 de l'élaboration d'un inventaire des voies de communication historiques suisses. Ce dernier a été approuvé le 10 avril 2010, de même que sa base juridique, l'ordonnance concernant l'inventaire fédéral des voies de communication historiques de la Suisse (OIVS). Cette dernière entrera en vigueur le 1er juillet 2010.

De nos jours, les châteaux, les vieilles villes datant du Moyen Âge, les jardins baroques ou les anciens complexes industriels sont généralement considérés comme des biens culturels dignes de protection. Toutefois, les bâtiments et les installations de ce type ne sont pas les seuls à témoigner du passé: les chemins muletiers, les surfaces pavées, les ponts en pierres et les murs en pierres sèches nous renseignent eux aussi sur les habitudes de nos ancêtres.

Le dossier «voies historiques» est traité par l’unité «Mobilité douce» de l’OFROU (Office fédéral des routes).
Rappelons qu’en Suisse, la mobilité douce comprend les usagers de la marche et de la bicyclette bien sûr, mais aussi les mobilités nouvelles (trottinette, patins à roulettes, vélos d’enfants) et la randonnée pédestre, y compris donc les voies historiques.

3700 kilomètres de voies de communication historiques en ligne

En Suisse, les voies de communication historiques forment un réseau dense. Si la substance historique de nombreux chemins a entièrement disparu, elle demeure bien visible pour d'autres tronçons, sur quelque 3700 kilomètres. Ce sont ces derniers qui bénéficient des mesures de protection et de conservation de la Confédération. Les voies de communication historiques font partie intégrante du paysage. Sans connaissance en la matière, il est difficile de les apprécier à leur juste valeur.

Pour en savoir plus: