Pontevedra, la ville où les piétons sont rois

Publié le 13.10.2014

La ville de Pontevedra en Galice, Espagne est un exemple pour sa politique de mobilité. En 1999, le maire de cette agglomération de 83 000 habitants a entrepris une réforme urbaine donnant la priorité aux piétons. Dans le centre ancien, l'espace public a été requalifié pour favoriser la marche à pied, les commerces et limiter le trafic automobile. La voiture a été reléguée dans un espace extrêmement limité et réglementé. Aujourd'hui, 70% des déplacements sont effectués à pied, la pollution a baissé de 61% et la circulation routière a chuté de 90%.


Une ville où la voiture se fait discrète. Une ville sans bruit, ni gaz d’échappement où les enfants peuvent jouer dans la rue et les personnes à mobilité réduite accéder aux commerces et services sans difficulté. Une utopie ? Non. C’est le modèle urbain développé à Pontevedra : Une ville de 83 000 habitants au Nord Ouest de l'Espagne. En 1999, quand Miguel Anxo Fernandez Lores se présente aux élections municipales son programme est simple. Il propose aux habitants de rendre leur ville accessible à tous, notamment aux plus vulnérables : personnes handicapées, seniors et enfants.
Une décision guidée par la directive européenne qui fixe au 1er janvier 2015 l'égalité des droits et des chances de chacun, à travers l'accessibilité des transports, de la voirie et des bâtiments. (...)

Une agglomération sclérosée
A la fin des années 90, Pontevreda était sclérosée par la circulation routière (...)

Situation avant - après extraite de la brochure de la ville de Pontevedra "Better on foot"

Pontevedra : avant-après
Modèle social
A Pontevedra, cette politique plaçant l'individu au cœur des préoccupations relève d'un modèle social. "L'espace public appartient à tout le monde. Quand on marche, nous sommes tous égaux". Aussi, pour accroître la qualité de vie, des travaux colossaux ont été entrepris pour rendre la ville aux piétons. Le transit en centre-ville a tout d'abord été interdit. Son accès a été néanmoins maintenu, mais fortement restreint pour les véhicules motorisés. Des boucles de circulation ont été mises en place, tandis que la limitation de vitesse a été fixée à 20 et 30 km/h. Enfin, la durée de stationnement a été limitée à 15 et 30 minutes afin de ne pas pénaliser l'activité économique.

Des PV à 200 euros
Par ailleurs, le stationnement en voirie a été supprimé au profit de parkings souterrains (payants) et de parcs de dissuasion (gratuits) situés au maximum à une dizaine de minutes à pied de l'hyper centre. Au total, la ville dispose d'une capacité de stationnement supérieure à 13 000 places. Pour faire respecter ces nouvelles règles, le nombre de policiers municipaux a été renforcé, à la fois pour sanctionner, mais aussi pour expliquer le nouveau concept de mobilité.
"Faire respecter la loi est fondamental", assure le maire. Ainsi, tout stationnement "sauvage" est sanctionné par un PV à 200 euros (montant fixé par l'Etat espagnol). Une somme réduite à 100 euros, si acquittée immédiatement. Pour accroître le taux d'encaissement des PV, les policiers ont été dotés de PDA (personal digital assistant), ne laissant aucune possibilité de faire "sauter" les amendes. "Nous avons un taux de recouvrement de 96%", indique Daniel Macenlle Diaz, chef de la police municipale. De l’argent qui "tombe" dans les caisses de la municipalité.

Courage politique
Parallèlement à ce nouveau plan de circulation et de stationnement, l'espace public a été entièrement requalifié. Dans l'hyper centre, les trottoirs ont été supprimés au profit d'une voirie sans obstacle urbain. Par ailleurs, des bancs ont été installés, l'éclairage a été amélioré, des espaces végétalisés et des aires de jeux ont vu le jour. Dans les rues empruntées par les voitures, l'espace dédié aux piétons a été doublé. L'idée : que deux personnes avec des parapluies ouverts ou des poussettes puissent se croiser sans se gêner (...)

Metrominuto, le réseau piétonnier
Pour convaincre les habitants de se déplacer à pieds, une carte avec les distances et les temps de parcours a été éditée. Ce réseau piétonnier, appelé Metrominuto, a été imaginé sur le modèle d'un plan de métro. (cliquez pour agrandir). Image de la commune de Pontevedra

(Texte repris d'un article de Christine Cabiron, édité le 24 septembre 2014 sur le site de MobiliCités – voir lien ci-dessous.)

MetreMiuto de Pontevedra
Sources et liens :

Prix

Pontevedra a été récompensée par le prix d'excellence du Center of active Design pour son engagement audacieux en faveur de la mobilité douce

 

A lire :

le reportage complet dans le numéro d'octobre 2014 de Transport Public