La rue, un espace public, un espace de vie
Accueil/Bilbao met 100% de ses rues à 30 km/h/
Bilbao met 100% de ses rues à 30 km/h2020-09-18T11:57:30+02:00

Bilbao devient la première ville au monde, avec une population de plus de 300 000 habitants, à établir le 30 km/h sur l’ensemble de son territoire urbain. 

Signal trilingue du 30 généralisé

La mairie de Bilbao célébre la 21e édition de la Semaine européenne de la mobilité de mercredi 16 au mardi 22 septembre 2020, et en profite pour introduire la limitation de vitesse de 30 kilomètres par heure dans toutes les rues de la ville, sans exception.

Ainsi, Bilbao deviend la première ville européenne de plus de 300 000 habitants à limiter la vitesse  à 30 km/h sur toutes les routes de son territoire municipal, comme l’a souligné  le maire adjoint et conseiller pour la mobilité et la durabilité, Alfonso Gil

Bilbao avait déjà mis en œuvre la réduction de la vitesse maximale à 30 km/h dans 87 % de ses 477 km rues en juin 2018 – le reste des rues avaient une vitesse maximale de 50 km/h- et elle a maintenant décidé d’étendre la mesure à la totalité des rues.

En bleu les axes 50 km/h qui passe à 30 km/h le 22 septembre 2020

L’adjoint au Maire, Alfonso Gil a souligné qu’il s’agissait d’une mesure « convenue avec tous les groupes politiques » du conseil municipal et qu’il est prévu qu’il y ait « moins d’accidents, moins de pollution et de gaz à effet de serre, et moins de bruit ». Un seul décès en moins – a-t-il ajouté – cela en vaudra la peine ».

Affiche de sensibilisation au 30 km/h de 2018 lorsqu’il restait 13% de rues à 50 km/h

Contrôles

Pousser l’accélérateur trop fort peut coûter cher à Bilbao dès mardi 22 septembre. Afin de contrôler que les conducteurs respectent ces limites, le conseil municipal va en effet installer davantage de radars pour traquer les contrevenants.

Les amendes iront de 100 à €600.- et jusqu’à 6 points de moins sur le permis  à point.

Prix de l’urbanisme 2018

Image tirée de la galerie de photos sur FLICKR du prix de l’urbanisme 2018

Bilbao a été nommée ville européenne de l’année lors des Prix de l’urbanisme 2018. La ville espagnole s’est battue contre la forte concurrence de ses collègues finalistes Ljubljana et Vienne après un été de visites d’évaluation et le vote ultérieur des académiciens.

Les juges ont loué la ville basque pour s’être transformée après le marasme économique post-industriel des années 1990 grâce à des investissements dans la culture, un leadership audacieux et une utilisation intelligente des politiques économiques. David Rudlin, président de l’Académie, a déclaré : « Bilbao est un excellent exemple de la transformation complète d’une ancienne ville industrielle, non seulement physiquement, mais aussi socialement, économiquement et culturellement. Le rajeunissement qu’elle a réalisé au cours des 30 dernières années est tout simplement remarquable. Tout cela a été réalisé grâce à une direction audacieuse et efficace, comme celle qui a permis à la ville de se libérer de ses dettes depuis 2010 ».

Voir le site d l’Académie d’urbanisme pour plus d’information et d’illustrations

Trente-neuf images sur FLICKR tirées de l’évaluation de Bilbao par l’Académie dans le cadre des Prix de l’urbanisme 2018.

Pour aller plus loin

Sources: 

La Ville de Fribourg passe au 30 pour lutter contre le bruit2020-09-14T16:54:24+02:00

Pour lutter contre le bruit la Ville de Fribourg va mettre 75% de son réseau routier à 30 km/h ou moins.
L’enquête publique est lancée en septembre 2020, pour une réalisation mi 2021.

Communiqué de la ville de Fribourg du 11 septembre 2020.

Le canton de Fribourg doit veiller au respect de la protection contre le bruit sur les réseaux des communes. Dans ce contexte, il va mettre en consultation un projet d’assainissement au bruit de la ville de Fribourg, qui vise à améliorer la qualité de vie des citoyennes et citoyens tout en préservant la cohérence du réseau routier. La Ville de Fribourg a posé depuis 2011 des revêtements phonoabsorbants sur une partie de son réseau et prévoit de limiter la vitesse à 30 km/h sur tous les tronçons de route où cela ne suffit pas pour respecter les valeurs limites de bruit. Elle prévoit par ailleurs les mêmes limitations sur des tronçons intermédiaires et des trajets alternatifs, pour éviter des reports de bruit.

Le bruit routier occasionne des coûts importants pour la santé. C’est pourquoi le droit fédéral demande à la Confédération, aux cantons et aux communes d’assainir leurs routes respectives, en privilégiant les mesures à la source que sont prioritairement la pose de revêtement phonoabsorbant et les limitations de vitesse. Le canton doit entreprendre les travaux nécessaires sur ses propres routes et veiller au respect de la protection contre le bruit sur les réseaux des communes. Dans ce contexte, il va mettre en consultation un projet d’assainissement au bruit de la ville de Fribourg, qui vise à améliorer la qualité de vie des citoyennes et citoyens de la ville tout en préservant la cohérence du réseau routier.

Dans l’objectif d’assainir ses routes, la Ville de Fribourg pose depuis plusieurs années un revêtement phonoabsorbant sur divers tronçons routiers du territoire communal, pour un total de près de 12 km jusqu’à présent. La limitation de la vitesse à 30 km/h sur une partie du réseau routier communal viendra compléter le dispositif de protection contre le bruit, afin de réduire le nombre de personnes et de bâtiments exposés à un dépassement des valeurs limites.

La Ville de Fribourg a identifié une dizaine de tronçons où la vitesse maximale pourrait être limitée à 30 km/h: une mesure simple, efficace et peu coûteuse pour rendre le trafic routier moins bruyant et respecter les valeurs limites. Elle a ensuite analysé, sous l’angle de la mobilité, les autres axes sur lesquels un abaissement de la vitesse serait bénéfique, soit parce que la vitesse effective enregistrée est déjà inférieure à 50 km/h, soit pour assurer la cohérence du réseau routier et éviter des reports de trafic. Dès l’entrée en vigueur de ces abaissements de vitesse, 75 % du réseau routier de la Ville de Fribourg devrait ainsi être limité à 30 km/h, de jour comme de nuit.

Sécurité et qualité de vie

Avant assainissement, quelque 7900 personnes et 340 bâtiments sont encore exposés à un dépassement des valeurs limites d’immission (VLI). Après assainissement, ce chiffre sera divisé par deux: plus de 4000 personnes ne seront plus exposées à un dépassement, alors que 3’750 personnes et 156 bâtiments resteront touchés, mais de manière réduite. Il n’y aura plus aucun dépassement des valeurs d’alarme. Côté investissement, la Ville de Fribourg aura consacré plus de 6 millions de francs à la mise en œuvre de mesures de protection contre le bruit.

Un abaissement de la vitesse a de nombreuses répercussions positives pour les citoyennes et citoyens. Outre l’objectif principal de protection contre le bruit, la sécurité et la qualité de vie s’en trouverontaméliorées, tout comme la cohabitation sur le réseau routier entre véhicules motorisés et modes de déplacement doux.

Ce projet d’assainissement a été publié le 11 septembre 2020 dans la Feuille officielle. Il peut faire l’objet durant 30 jours de remarques auprès de la DAEC. Le déploiement de la limitation de vitesse à 30 km/h est prévu à partir de mi-2021.

Limitation 30 km/h

(extrait du site de la ville de Fribourg)

Une mesure simple et efficace pour lutter contre le bruit routier est de limiter la vitesse à 30 km/h. Elle permet une réduction du bruit entre 2 et 4.5 décibels. 

La Ville de Fribourg a identifié un certains nombre d’axes où une limitation de vitesse était nécessaire pour répondre aux exigences de l’OPB. D’autres routes seront également limitées pour des raisons de cohérence du réseau. Au total, 75% des routes de la ville de Fribourg passeront à 30 km/h.

30 km/h ou zones 30  ?

Dans les quartiers qui s’y prêtent, la Ville de Fribourg a créé un certains nombre de zones 30, et va continuer de le faire. Dans ces secteurs, un certain nombre de règles particulières s’appliquent : priorité de droite aux carrefours, suppression des passages piétons.

Sur les grands axes routiers, la vitesse est limitée à 30 km/h mais les règles de circulation habituelles s’appliquent !

Nota bene de RdA

Généralement, on considère qu’une ville est à 30, lorsque 80% de son réseau urbain est à 30 km/h ou moins. À titre de comparaison, à Bâle, « seulement » 56% du réseau est à 30 km/h, soit 294 km (chiffres 2019 selon la NZZ).

Sources :

Pour aller plus loin

Le dossier « bruit routier » sur notre site

Signalisation routière également au féminin2020-09-06T14:37:43+02:00

Un peu d’histoire…

De Wellington à Mumbai en passant la via Francigena, Vienne et Genève.

Suffragette à Wellington

Cela a commencé en Nouvelle-Zélande nous dit Walk21, le premier pays au monde à donner le droit de vote aux femmes. La maire de Wellington, Celia Wade-Brown, avait installé un feu de circulation devant la mairie représentant la suffragette Kate Sheppard, remettant en question «une vision étroite, linéaire et simpliste des transports, en particulier lorsqu’il existe des modes de transport radicalement différents entre les hommes et les femmes».

En 2014, la maire adjointe de Vienne, Maria Vassilakou, qui avait participé à la conférence Walk21 de Sydney s’est inspirée du panneau de signalisation des suffragettes de Wellington.
Cela a conduit à la création de feux de signalisation sur le thème de la diversité de Vienne qui ont été introduits pour le Life Ball et l’Eurovision 2015.

Vienne – signal lumineux piéton LGBT

Et en Suisse…

Ville de Genève : panneaux de signalisation féminisés

Photo Ville de Genève

La Ville de Genève a décidé de sensibiliser la population à la place de la femme dans l’espace public de manière ludique. La Ville a mis en place 250 panneaux de signalisation piétonne féminisés pour montrer que l’espace public n’est pas uniquement un espace masculin.

L’Office fédéral des routes – cité par Le Temps – rappelle que l’ordonnance sur la signalisation routière décrit et définit les panneaux de signalisation ainsi que leur emplacement. «On ne peut théoriquement pas les modifier, ajoute son porte-parole, » Guido Bielmann. Toutefois, la Convention de Vienne sur la circulation routière souligne qu’un signal routier doit être compris immédiatement par tous les usagers. Sa taille, sa forme ses couleurs ne peuvent pas être altérées. En revanche, la modification des personnages n’influence pas la compréhension d’un panneau de signalisation. Le cas qui se présente à Genève est donc possible.»

Comme pour la féminisation des professions ou l’écriture inclusive la proposition a suscité des réactions hostiles.

Sandrine Salerno, Maire de Genève – citée par la Tribune de Genève du 21 janvier 2020 – souligne l’ampleur en termes de réactions que ce changement de signalétique a provoqué. «Même si j’ai essuyé de nombreuses attaques personnelles violentes, si c’était à refaire, je le referais! assume l’édile. Nous n’avons jamais eu autant de réactions, cela prouve bien que nous avons touché un sujet sensible et que le débat sur ces questions a un sens. Un sujet qui clive mais ne sort pas de nulle part puisque cette démarche fait partie d’un projet visant à lutter contre le sexisme et améliorer la place des femmes dans l’espace public. Ce projet a été voté par tous les partis en 2019 à l’exception de l’UDC et du PLR. Je n’ai pas été élue pour me faire prendre en photo en tête des cortèges.»

* ** * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

(extrait de la communication de la Ville de Genève)
La Ville de Genève passe de la parole aux actes et, pour accroître la visibilité des femmes dans l’espace public, change 250 panneaux signalant des passages pour piétons. En accord avec l’office cantonal des transports, une déclinaison de six pictogrammes féminisés couvrira désormais la moitié des panneaux où étaient représentés des personnages masculins (…)

Un projet pour augmenter la visibilité des femmes

Ce projet de féminisation de panneaux routiers s’inscrit dans le cadre de la politique de promotion de l’égalité entre femmes et hommes et contre les discriminations LGBTIQ de la Ville de Genève. Il a pour but d’agir sur l’environnement urbain de manière à favoriser le sentiment de légitimité de chacun et chacune dans l’espace public.

Historiquement, l’espace public a été pensé par et pour les hommes. Or, comme le souligne Sandrine Salerno, Maire de Genève «l’omniprésence des représentations masculines stéréotypées dans l’espace public, notamment à travers les panneaux de signalisation, vient renforcer l’idée que certain-e-s, en particulier les femmes mais aussi les minorités, y sont moins à leur place que d’autres.» (…)

En repensant la manière dont la ville est aménagée et les messages visuels qui y sont véhiculés, les autorités municipales et cantonales souhaitent rendre la cité plus accueillante et inclusive pour tous et toutes.

Les motifs des six panneaux mis en place par la Ville de Genève

Localisation des 250 (sur 500) signaux passages pour piétons féminisés en Ville de Genève : pdf à télécharger: emplacement-panneauxfeminises-ville-geneve-2020

Mumbai : Vers la réduction des écarts entre les sexes dans les transports urbains et l’espace public

En août 2020 Mumbai en Inde, a installé des feux de signalisation féminins pour symboliser l’importance de l’égalité des sexes dans l’espace public. Walk 21 qui en fait état dans son infolettre d’août 2020 félicite  la municipalité de Mumbai pour cette initiative et ses autres travaux visant à rendre l’espace public et les transports plus sûrs pour les femmes et les filles.

Image ANI reprise par republicworld.com

Les feux de signalisation peuvent être plus que de simples outils de guidage routier, mais aussi véhiculer des significations symboliques  poursuit Walk21. Ces petites étapes indiquent un changement de paradigme localement et révèlent comment les bonnes idées peuvent voyager.

Signal de randonnée pédestre « mixte » de la via Francignena, en Toscane près de San Gimignano.
La via Francigena est le deuxième plus important parcours culturel européen après le chemin de Compostelle

Sources:

  • Site de la Ville de Genève
  • infolettre de Walk 21
  • le Temps
  • la Tribune de Genève
À Genève, la Police reprend les contrôles dans les zones 302020-09-04T17:08:00+02:00

Rouler trop vite en toute impunité dans les zones 30 genevoises semble appartenir à un temps révolu nous dit la Tribune de Genève (TdG) du 4 septembre 2020.

Suite d’une discussion entre le procureur général et la police, cette dernière a repris dès janvier des contrôles de vitesse dans les zones 30, si leurs usagers y semblent mis en danger, et cela «quelle que soit la situation en lien avec les éléments d’aménagements ou de modération du trafic».

Que cela signifie-t-il? Jusqu’alors, la police excluait de déployer ses radars dans les zones 30 n’ayant pas subi avec succès une expertise, exigée par la législation fédérale.

Laxisme dénoncé

La députée socialiste Caroline Marti, vice-présidente de l’ATE-Genève, avait révélé la situation. À l’été 2019, cette députée s’était inquiétée d’une éventuelle impunité des usagers trop pressés en zone 30

C’est le pouvoir judiciaire qui est intervenu. Le Ministère public, explique à la TdG son assistante en communication Céline Bornand, est «parvenu à la conclusion que la validation en question n’était pas une condition à la poursuite des infractions, ce d’autant plus que selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, les usagers de la route sont tenus de se conformer aux panneaux de signalisation indépendamment d’éventuels doutes quant à leur régularité formelle».

D’octobre 2019 à juin 2020, 2575 dépassements de vitesse ont été constatés, soit un taux d’infraction massif de 31,8% malgré le semi-confinement pendant une partie de la période. 82 des automobilistes risquent en retrait de permis de 3 mois.

«Ce bilan montre qu’il y a une vraie problématique en zone 30 de respect des limitations de vitesse et donc de sécurité des usagers, en particulier des piétons ou des cyclistes, alors que la sécurité est précisément l’un des principaux buts de ces zones, dit Caroline Marti, la vice-présidente de l’ATE- GE à la TdG. Le taux d’infractions, très élevé, fait penser que l’aménagement de ces zones reste insuffisamment visible et efficace, mais cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à contrôler les zones mal aménagées.»

On relèvera qu’il y a quelques années la police genevoise refusait déjà de contrôler les zones 30 sous le prétexte que leurs véhicules n’étaient pas équipés de radars numériques !

Source et extrait : Tribune de Genève du 4 septembre 2020

Zurich vote pour 50 km de voies cyclables2020-09-01T08:22:57+02:00

On s’est étonné de ce côté-ci de la Sarine qu’aucune amélioration du réseau de mobilité douce notamment cycliste n’ait été présentée en Suisse alémanique après le semi-confinement. Lire sur ce site notre dossier complet et exclusif à ce sujet.

Les habitants de la ville de Zurich pourront se rattraper le 27 septembre 2020 en votant en faveur de l’initiative qui prévoit la création un réseau continu de 50 km de voies cyclables sûres (Velorouten-Initiative) principalement dans les rues de desserte.  Celles-ci devraient être largement libérées de la circulation automobile et avoir la priorité sur les rues transversales. Seules les véhicules d’urgence et les livraisons pourront y accéder.

Ville de Zurich: des rues pour les cyclistes
Illustration Pro Vélo Zurich

 La demande est bien accueillie par les citoyens de la ville de Zurich, comme l’indique la collecte rapide des signatures, en effet 5000 signatures ont été récoltées en un jour. La proposition a toute les chances de passer, dans une ville où délibératif et exécutif sont à majorité rose, rouge, verte.

L’initiative a été lancée par le Parti socialiste zurichois avec l’appui des Verts, des Verts libéraux et de la Liste alternative. Pro Vélo, l’ATE et Greenpeace soutiennent également la démarche.

Pro Vélo Zurich s’étonne 

Le délibératif (Gemeinderat) de la ville de Zurich soutient également l’initiative.  Et même l’exécutif (Stadtrat) après quelques hésitations, s’est souvenu qu’il voulait encourager le cyclisme et recommande de voter OUI. Ce qu’il ne fait pratiquement jamais et qui est aussi un peu étrange, car s’il pense que les 50 km de rues cyclables sont si belles, alors il aurait pu les transformer en réalité sans votation populaire indique le site de Pro Vélo.

 Quoi qu’il en soit, la question sera votée le 27 septembre, et il y a de nombreuses bonnes raisons de voter OUI.

Enfin des voies cyclables sûres. Votez oui le 27 septembre

Sources:

Site de l’initiative 

Pro Vélo Zurich 

RTS
Illustration: Pro Vélo

Genève: nouveau plan d’actions pour la mobilité douce2020-08-29T07:52:52+02:00

Le Conseil d’État genevois a adopté le 18 août 2020 un nouveau plan d’actions de la mobilité douce.

Le Conseiller d’État Serge dal Busco explique comment la mobilité douce s’intègre dans la politique globale des déplacements.

La mobilitégenevoise est en pleine métamorphose.
La mise en service intégrale du Léman Express ainsi que la mise en oeuvre progressive de la Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE) modifient en profondeur la manière dont les Genevois-e-s abordent leurs déplacements. Avec le Léman Express, 80% des logements du canton et 86% des emplois se retrouvent désormais à moins de 1.5 km d’une gare.

Avec la LMCE, l’hypercentre et les centres urbains vont devenir des espaces où les modes doux jouiront, au même titre que les transports collectifs, de la priorité sur les véhicules individuels motorisés, ce qui permettra d’effectuer des trajets sécurisés et apaisés.

Voitures, motos et scooters seront, eux, orientés sur une moyenne ceinture routière et des axes pénétrants fluidifiés leur assurant des mouvements efficients.

Voir https://www.ge.ch/document/plan-actions-mobilite-douce-2019-2023

Un plan ambitieux

La Tribune de Genève du 26 août 2020 apporte des informations supplémentaires.

«C’est un plan ambitieux, mais plus resserré que son prédécesseur, pour se centrer sur des projets à la fois réalisables et déjà financés», décrit le conseiller d’État Serge Dal Busco à la TdG.

Bémol: l’Exécutif compte demander aux députés une rallonge de 20 millions de francs pour sept projets désargentés (sur un total de 107 dossiers, dont certains ne visent que des études préalables). Exemple? On va repérer les croisements les plus risqués avec les rails de tram pour les munir d’un système protégeant les cyclistes.

Commentaire

On ne peut que souhaiter plein succès à ce plan d’actions qui fait la part belle à la bicyclette. Le prédécesseur avait été critiqué pour son manque de concrétisation. En effet Genève est en retard dans ce domaine, plusieurs projets, dont l’achèvement de la voie verte du Grand Genève devront être réalisés avant 2025 sous peine de perdre le cofinancement fédéral de 40% octroyé dans le cadre des projets d’agglomération.

Pour en savoir plus

Lire notre information du 6 février 2013  (plan directeur)

Et celle du 10 mars 2016 ( plan d’actions 2015 – 2018)

Voir aussi la position du Forum d’agglomération de la société civile du Grand Genève

MOBILITÉ DOUCE
Cinq propositions pour inscrire le vélo et la marche comme modes de transport alternatifs dans le Grand Genève

Nantes passe en zone 30 km/h2020-08-28T16:51:04+02:00

Le 31 août 2020, toute la ville de Nantes passe en zone 30 km/h, exceptés certains axes accueillant des lignes structurantes de transports en commun. Explications.

Aménagement de voirie et de circulation aux abords de l’école rue Marie-Anne du Boccage à Nantes.
Création d’une zone à vitesse limitée à 30 km/heure pour la sécurité des élèves, des parents, des enfants, des piétons et des cyclistes. Photo Nantes Métropole

Les conditions de circulation évoluent de manière spectaculaire dans la 6e ville de France : le 31 août, Nantes passe en zone 30 km/h.

Plus de 80 % de la voirie urbaine – environ 600 km – est désormais en zone apaisée.

De nouveaux panneaux ont été installés en ce sens aux entrées d’agglomération. Identifiées par des marquages au sol, les zones restant à 50 km/h sont des exceptions.

La mesure constitue une nouvelle étape du plan piéton-vélo amorcé en mai par Nantes Métropole, et dont l’objectif est d’assurer une meilleure sécurité des piétons et cyclistes tout en diminuant les nuisances sonores. « La sortie du confinement a été l’occasion de repenser les modes de déplacement, pour respecter les règles de distanciation physique et les gestes barrières sur l’espace public, notamment en favorisant la pratique de la marche à pied et du vélo », rappelle Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, qui avait pris l’engagement de doubler le nombre de kilomètres de rues en  zone piétonne,  section/zone  30  ou  zone de rencontre.

Comme c’est le cas pour les aménagements provisoires du plan piéton-vélo, la généralisation de la zone 30 sera soumise à une évaluation citoyenne. Les habitants peuvent déposer jusqu’au 15 octobre une contribution libre et individuelle sur le site du dialogue citoyen

Les axes concernés

Toutes les rues résidentielles à l’intérieur des quartiers passent en zone 30 km/h. Certains axes accueillant des lignes structurantes de transports en commun (Busway, Chronobus, navette aéroport, lignes express…) ne sont pas concernés par ce changement. D’autres voies sont aussi exclues du dispositif comme le boulevard de la Vendée, le boulevard de Cardiff, la rue des Usines ou encore le boulevard Martin-Luther-King. Les sections/zones 30 déjà présentes sur une partie de ces voies ne sont pas remises en cause et restent limitées à 30km/h.

La BEI soutient l’extension des superîlots à Barcelone2020-08-19T16:02:56+02:00
La Banque européenne d’investissement (BEI) a accordé  95 millions d’euros pour 40 projets à Barcelone pour soutenir l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, dont l’extension du programme des «superilôts».
Barcelone a déclaré l’urgence climatique en janvier 2020.
Jusqu’à un quart des fonds de la BEI ira à la régénération d’une zone de 200 000 m2 de la ville basée sur le concept des «superîlots».
Le premier superîlot nouvelle génération  a été introduit en 2016. En janvier 2020, six étaient terminés et 11 autres en cours.  La municipalité a l’intention de créer à terme 503 superîlots.
Emma Navarro, vice-présidente de la BEI, citée par Cities Today, a déclaré: «L’adaptation de nos villes à un modèle plus durable est essentielle pour atteindre l’objectif de neutralité climatique de l’UE d’ici 2050. À ce titre, l’une des principales priorités de la BEI est de soutenir la régénération urbaine pour promouvoir  une croissance inclusive qui profite au public tout en contribuant à lutter contre le changement climatique.

Carte du régime des vitesse au 1er mars 2020. En rouge 50 km/h, en bleu 30 et en vert 10 km/h (les superîlots)
On constate que le district de l’Eixample, avec ses rues quadrillées forment le gros des rues à 50. C’est l’enjeu de la démarche. C’est là où seront introduit les superîlots


Efficacité
énergétique
L’énergie sera également un objectif clé, y compris l’amélioration de l’efficacité de l’éclairage public, des bâtiments et des installations municipales, et des améliorations seront apportées aux lignes de bus urbains et aux voies cyclables à travers la ville.
Extrait d’un article, en anglais, du site  Cities Today du 5 août 2020.
Voir notre dossier sur les superîlots de Barcelone voir notre dossier sur les superîlots de Barcelone 
Paroles déconfinées2020-07-18T17:48:56+02:00

Spécial crise sanitaire et mobilité

Le Cerema publie une édition spéciale  de 68 pages de sa revue électronique Transflash consacrée à la mobilité pendant et après la crise sanitaire

Face aux défis posés par la crise sanitaire et ses conséquences, le Cerema fait le pari de l’intelligence collective en donnant la parole dans ce numéro spécial de Transflash à une diversité d’acteurs de la mobilité et de l’aménagement. Vous y trouverez des regards, des points de vue, des manifestes de chercheurs, d’associations, de collectivités, d’opérateurs. Le résultat est foisonnant, toujours éclairant. Ces paroles déconfinées amènent des points de consensus mais aussi de divergence.

Peu d’événements touchent à la mobilité de façon globale comme le fait la pandémie de Covid-19. Mobilités quotidiennes, résidentielles, tou- ristiques, professionnelles : la crise sanitaire aura des conséquences durables sur chacun des motifs de déplacements. Ses impacts porteront sur les infrastructures, les flux et leur gestion, mais aussi sur les pratiques et l’organisation de ses mobilités par chaque citoyen.

Cette crise affecte l’ensemble de notre société et dans toutes ses composantes : rapports sociaux, travail, éducation, commerces, loisirs, culture… Elle est sanitaire, sociale, économique… bref systémique. La diversité de ses impacts est telle que ces derniers engendreront certainement des conséquences dont l’ampleur et la durée sont difficiles à appréhender aujourd’hui (…)

Extrait de l’édito de Yannick Prebay directeur Cerema Territoires et ville

Les têtes de chapitres sont :

  1. Quels impacts de la crise sur les offres de transport et leurs usages ?
  2. Quelles inégalités la crise a-t-elle révélées, générées ?
  3. Quel impact de la crise sur la mobilité ?
  4. La crise, rupture ou épisode passagers ?

38 personnalités répondent à ces questions. Chaque chapitre est complété par une revue de presse de mise en contexte.

Document de 68 pages à télécharger transflash_419 – paroles déconfinées

Autres documents du Cerema sur ce thème

Marchabilité et santé – comparaison entre 16 villes suisses2020-06-18T11:07:54+02:00

Objectifs de la comparaison entre les villes

Mobilité piétonne, Actif Trafic  et la HES de Rapperswil ont rendu public leur rapport « Marchabilité et santé ».

L’étude « Marchabilité et santé – comparaison entre 16 villes suisses » a analysé l’infrastructure et la réali- sation des aménagements planifiés dans les villes partenaires ainsi que
la satisfaction de la population. Les données relevées permettent d’éva- luer et de comparer les infrastruc- tures piétonnes dans les diverses villes.

L’objectif principal de l’étude consiste à améliorer la marchabilité, afin que davantage de personnes se déplacent à pied et fassent du bien à leur santé. Pour atteindre cet objectif, nous avons d’une part comparé la qualité des infrastructures des villes parte- naires et d’autre part nous en avons déduit des recommandations d’ac- tions concrètes, tant par rapport à l’infrastructure qu’à la sensibilisation pour la mobilité piétonne.

En outre, il s’agissait de développer un instrument permettant de contrôler à intervalles réguliers l’impact de mesures sur la mobilité piétonne.

Méthodologie

Les efforts pour favoriser les déplacements à pied sont analysés par le biais d’une combinaison de méthodes:

  • Analyse des infrastructures sur le terrain : traversées, trottoirs mais aussi attractivité et liaison entre les espaces publics et les transports en communs.
  • Set d’indicateurs: planification, projets, données, gouvernance (coordination, finance)
  • Enquête en ligne: satisfaction des usagers

Résultats

Les résultats sont présentés dans le rapport final et les rapports partiels sur la qualité des infrastructures et la pratique de la planification. Les rapports partiels ne sont disponibles qu’en allemand.

Palmarès des 16 villes

1. Bâle

2. Berne

3. Neuchâtel

3. Zurich

4. Aarau

4. Coire

Moyenne des 16 villes

5. Bienne

5. Lausanne

5. Lucerne

5. St-Gall

5. Winterthur

6. Genève

7. Locarno

7. Bellinzone

7. Zoug

8. Lugano

 

Pour en savoir plus

Télécharger le rapport de 44 pages Marchabilité et santé

Go to Top